Vu par Zibeline

Le Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon rend hommage à Jean Gagnepain

Préhistoire et transmission

Le Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon rend hommage à Jean Gagnepain - Zibeline

Le 15 mars, en prélude au nouveau colloque Les Rencontres Jean Gagnepain, une soirée en hommage au Préhistorien se tenait au Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, dont il fut le premier directeur.

Tous étaient présents, famille, amis collaborateurs scientifiques, politiques, mêlant l’art de l’éloge posthume aux anecdotes et au rappel des contributions multiples de Jean Gagnepain aux sciences de la préhistoire. Lauréat du prix « Jeune chercheur » Irène Meynieux 1991, il est Docteur du Museum national d’Histoire naturelle de Paris en 1996 avec sa thèse menée sous la direction de Henry de Lumley : « Étude magnétostratigraphique des sites du pléistocène inférieur et moyen des Alpes-Maritimes et d’Italie : la grotte du Vallonnet, marina Airport, Ca’Belvedere di monte Poggiolo, Isernie la Pineta, Venosa Loreto ». Ses multiples travaux scientifiques furent retracés avec clarté et espièglerie, ainsi Henry de Lumley, qui n’hésitait pas lors de la présentation de son parcours scientifique et l’évocation des divers lieux de fouilles où il travailla, à comparer le crâne de celui que l’on nomma l’Homo Georgicus (- 1 800 000 ans, à Dmanissi) à celui de l’ancien ministre et ancien président du CG des Alpes de Haute-Provence, Jean-Louis Bianco, qui participait aussi à l’hommage. Jean-Jacques Bahain et Pierre Voinchet (maîtres de conférences au Muséum national d’histoire naturelle, UMR Paris) rappelaient ses contributions à la connaissance de l’histoire longue de l’Homme, mais aussi, avec des fous rires, la course à la rédaction du DEA, achevé collectivement à 9 heures le matin de sa soutenance ! Sa passion du travail était aussi remémorée par son épouse, nuits passées à peaufiner les textes d’une exposition du musée, qui n’empêchaient pas l’abondance des travaux diurnes… direction du musée, son insertion dans les réseaux de la culture scientifique, les relations avec le public, les importantes fouilles locales, les projets de partenariat hors les murs, les travaux sur le paléomagnétisme (qui permet une autre datation que celle au carbone)… Itinéraire fulgurant d’un extraordinaire « détective du passé ».

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2018

Hommage rendu le 15 mars, Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, Quinson

Photo : Jean Gagnepain -c- Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon