Le dit du mistral, roman d'Olivier Mak-Bouchard et très bel objet, aux éditions Le Tripode

Pour l’amour d’une femme-calcaireLu par Zibeline

Le dit du mistral, roman d'Olivier Mak-Bouchard et très bel objet, aux éditions Le Tripode - Zibeline

Le premier roman d’Olivier Mak-Bouchard nous plonge dans les terres balayées de mistral du pays d’Apt, pays de sa famille, de son enfance bercée par les légendes provençales, puis par les écrits de Giono et Bosco. Le fait qu’il vive désormais à San Francisco a-t-il attisé son envie d’écrire et de garder vivant le souvenir de sa région ? Les provençaux et les amoureux de la Provence plongeront certainement avec plaisir dans ce long récit (un peu trop…) inscrit dans cette région que le monde nous envie.

Il commence par un prologue qui s’inspire de la création du monde de la Bible, en proposant celle du Lubéron, par Dieu et les quatre éléments convoqués. Ainsi l’auteur nous installe d’emblée dans l’univers des légendes. Cependant la première moitié du livre laisse la place à un narrateur qui habite de nos jours le pays d’Apt, travaille dans son lycée. Après un gros orage, son voisin lui montre un effondrement de terrain qui met à jour des tessons de poterie. Les deux hommes déblaient, puis rassemblent des morceaux qui prennent la forme de trompes, probablement d’origine gauloise. Enfin ils découvrent, gravé dans le calcaire, le visage d’une femme. De sa bouche sortiront une source et quelques vérités… Probablement une déesse en lien avec le dieu Vintour, qui donna son nom au Ventoux. Après un réveillon de Noël qui donne à l’auteur l’occasion de rappeler les traditions du gros souper, le récit bascule davantage dans le fantastique, mélangeant le quotidien et les rêves du narrateur soufflés par la déesse. De nombreuses légendes ressurgissent alors, retraçant celle de la Cabro d’or, la naissance du mistral, le Maître-Vent, la traversée d’Hannibal avec ses éléphants… Étonnant récit qui mêle la banalité et le rêve, qui raccorde légendes et vérités. Dans la superbe jaquette rouge, bleu dur, blanche et noire de Phileas Dog, ce livre est aussi un très bel objet, unique roman du Tripode pour la rentrée.

CHRIS BOURGUE
Novembre 2020

Le dit du mistral
Olivier Mak-Bouchard
Le Tripode, 19 €
Prix Première plume