Retour sur l'exposition Trésors cachés d’une bibliothèque à voir à la Galerie d'Art du Conseil général à Aix-en-Provence

Pour l’amour des livresLu par Zibeline

• 7 mars 2014⇒1 juin 2014 •
Retour sur l'exposition Trésors cachés d’une bibliothèque à voir à la Galerie d'Art du Conseil général à Aix-en-Provence - Zibeline

Anne Gruner Schlumberger, mécène et visionnaire, ne se contenta pas de fonder une vingtaine de bibliothèques pour enfants en Grèce ou La joie des livres (en 1970) en France à Clamart, elle fit de son domaine du Haut-Var, Les Treilles, une fondation. Tout ce qui a compté dans le monde artistique de son époque est passé par là, Braque, Arp, Picasso, Éluard, Aragon, Char, Aguayo, Tanning, Tardieu, Takis, Zadkine, et j’en oublie. Bibliophile, elle collectionne, découvre, conserve, préserve… aujourd’hui, la fondation des Treilles est une véritable mine d’œuvres, d’ouvrages rares, choix subjectifs, certes, liés à des amitiés, des goûts, des voyages, des rencontres, mais quelle clairvoyance ! L’exposition actuelle de la galerie du Conseil général à Aix-en-Provence, Trésors cachés d’une bibliothèque, permet de découvrir des merveilles dont n’importe quel musée national s’enorgueillirait. En quatre salles, on entre dans l’intimité de cet univers ; des photographies tapissent certaines parois, accordant l’illusion d’une véritable bibliothèque, couleurs chaudes du bois et des livres, lumières tamisées, renforçant le délicieux mystère de la multitude des ouvrages qui attendent le lecteur. Max Ernst assis aux côtés de Dorothéa Tanning sur Le Capricone nous sourient, les improbables fleurs composées d’objets industriels de Takis inclinent rêveusement leur corolle de boulons, une grenouille semble en grande conversation avec un mouton, œuvres de Lalanne (pas le chanteur, le sculpteur), l’Oiseau-tête en bronze de Max Ernst veille sur un petit film de Jean-Claude Bringuier, Promenades et conversations avec Anne G. Schlumberger… évocation prenante de la vie aux Treilles, anecdotes, mots d’artistes (éblouissante assemblée !). Et puis, surtout, exposés dans des vitrines d’entomologistes, ou pendus aux cimaises, des livres d’artistes, déployés, page à page, eaux fortes, lithographies, aquarelles… Cahier de Braque sur un poème de Saint-John Perse, Femmes et faunes, Bestiaire en marge du Buffon de Picasso, collages, Festin de Max Ernst, C’est-à-dire de Fernand Dubuis avec ses aplats de couleurs primaires, illustrations de Lucien par Henri Laurens… près de quatre-vingt-dix œuvres s’offrent ainsi à nous, sans compter le livre Mes voyages de Fernand Léger, que l’on peut feuilleter en mettant des gants blancs, lire ainsi le poème hommage qu’Aragon lui a consacré, «Marchons Léger, légèrement»… «J’aime l’œuvre de Tanning parce que le domaine du merveilleux est son pays natal» écrivait Ernst. On y a accès ici !

MARYVONNE COLOMBANI
Avril 2014

Ecouter l’entretien avec Danièle Giraudy (commissaire de l’exposition) sur WRZ ici

Trésors cachés d’une bibliothèque
jusqu’au 1er juin
Galerie d’Art du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence

Photo : © Max Ernst, Festin, 1974. Lithographie-Fondation des Treilles, Tourtour

Galerie d’art du Conseil Général des Bouches-du-Rhône
Hôtel de Castillon
21 bis Cours Mirabeau
13100 Aix en Provence
04 13 31 50 70
http://www.culture-13.fr/galerie-d-art-d-aix-en-provence