Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

La guerre de Troie (en moins de deux !) : une énergie et une intelligence qui emballent

Pour la beauté d’Hélène

La guerre de Troie (en moins de deux !) : une énergie et une intelligence qui emballent - Zibeline

Une très longue table en bois, des chaises noires, beaucoup, des costumes en fond de scène. Voilà pour le décor. Sur le côté sept comédiens émergent d’une lumière en clair-obscur, statiques. Puis des notes de piano, situé du côté opposé, lancent l’action. L’action ? La parole plutôt, tant cette incroyable épopée sera contée, à peine jouée, dite, relatée. Le récit de La Guerre de Troie peut commencer, en 24 tableaux, et en moins de deux (heures) s’il vous plaît !

S’inspirant d’Homère, de Virgile, mais aussi de Sophocle et d’Euripide, entre autres, Eudes Labrusse (et la troupe du Théâtre du Mantois) a concocté un texte enlevé, subtilement construit pour que rien n’échappe ni à la chronologie, ni à la compréhension du déroulement de cette formidable histoire. Celle d’Hélène (plus belle fille du monde, quand même !), de sa naissance à son enlèvement et jusqu’au siège de Troie et le fameux leurre du cheval…

Le mythe est dépoussiéré, avec un rythme qui ne faiblit jamais, et des comédiens épatants et toujours justes -passant d’un rôle à l’autre d’un effet de manche, d’un drapé tombant au poil, d’un emplumage (pauvre Cassandre !) ou d’un changement de voix- et à l’écoute les uns des autres. La musique de Christian Roux, pianiste habité et acteur à l’occasion d’un des rôles, accompagne tous les faits, et méfaits, des humains, dieux et demi-dieux avec fougue ! Notamment lors des chants, choraux ou soulignant des actions précises, telles les prédictions et recommandations du devin Calchas qui deviennent des blues hilarants, ou le combat entre Achille et Hector transformé en une battle dans un style hip hop des plus percutants. Les incongruités contemporaines se glissent çà et là, jamais gratuites ni redondantes, instillées comme une potion qui fait franchir les étapes avec légèreté. Jusqu’au cheval tant attendu, dont le squelette se crée au gré de chaises empilées, à peine recouvertes d’un drap, dans une évidente et lumineuse évocation.

Tout vit, tout vibre, tout parle, aux jeunes comme aux moins jeunes. Avec une énergie et une intelligence qui emballent !

DOMINIQUE MARÇON
Mars 2019

La guerre de Troie (en moins de deux !) a été joué le 15 mars au théâtre Le Sémaphore, Port-de-Bouc

Photo : La guerre de Troie -c- L. Ricouard


Théâtre le Sémaphore
Centre Culturel
rue Turenne
13110 Port-de-Bouc
04 42 06 39 09
www.theatre-semaphore