Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Maître-Minuit, nouveau roman de l'auteur haïtien Makenzy Orcel

Poto, à la folie

Vérifier les jours off sur la période
Maître-Minuit, nouveau roman de l'auteur haïtien Makenzy Orcel - Zibeline

Le nouveau roman de Makenzy Orcel est plus difficile, et plus beau peut être encore que les précédents. Les Immortelles en 2010 avait valu au jeune auteur Haïtien une reconnaissance internationale : sa langue singulière, mêlant la voix des prostituées de Port au Prince à celle du narrateur, construisait un récit fascinant, ancré dans le traumatisme du récent tremblement de terre.

L’univers de Maître-Minuit est plus diffus, plus masculin, embrassant un temps plus long, historique. Car il s’inscrit dans un autre traumatisme, au long cours, celui des Duvalier et des tontons Macoutes, omniprésents comme une ombre de mort dans un pays dévasté. La voix narrative est, à quelques exceptions, celle de Poto, enfant sans père aux mains d’une mère folle et droguée à la colle.

Construit comme un roman d’apprentissage, Maître-Minuit conduit presque linéairement le lecteur de l’enfance du narrateur à son départ de l’île. Courant après sa mère, sur les quais, dans les trains, les cabanes magiques, passant de squat en taudis il construit sa résilience en jouant avec des cafards puis en dessinant ce qu’il vit. L’art le sauve, le porte, le sublime, mais il reste en lui une ombre menaçante, au bord de la magie, douée de pouvoirs qu’il ne veut pas exercer. Devenu le géant Maître-Minuit, incarnation d’un mythe haïtien, il jongle et vole, approche un tueur à gage, des femmes au désir agressif, passe par la prison, frôle et combat la folie, puis transmet à un petit MOI cette part de lui-même qui le poursuit.

L’écriture, sans majuscules, incantatoire, à la syntaxe tourmentée, épouse son trajet et nécessite qu’on s’y plonge presque à voix haute, comme si ce livre nous parlait à l’intérieur. Une fois dedans, on ne le quitte plus, comme si le Maître-Minuit d’Haïti s’était aussi emparé de nous.

AGNÈS FRESCHEL
Novembre 2018

Maître-Minuit Makenzy Orcel
Zulma, 20 €