Confrontation au sommet de Brahms et Bruckner par le Cercle de l'Harmonie

(Post)romantismesVu par Zibeline

Confrontation au sommet de Brahms et Bruckner par le Cercle de l'Harmonie - Zibeline

Ambitieux, réjouissant, le programme pensé par Le Cercle de l’Harmonie a mis les petits plats dans les grands. En résidence au Grand Théâtre de Provence depuis 2018, l’orchestre dirigé par Jérémie Rhorer et dédié au répertoire du XIXe siècle, instruments d’époque à l’appui, a gagné en souplesse, en singularité et en élégance ces dernières saisons, au point de devenir un des ensembles « historiquement informés » de référence. Peu après la sortie d’un disque admirable consacré à Brahms, comprenant sa première symphonie jouée les 23 et 24 novembre (à lire sur journalzibeline.fr), il s’attaque à un autre monument de la symphonie postromantique. Soit, excusez du peu, la Symphonie n°2 de Bruckner ! Toutes deux composées en do mineur et à quelques années d’intervalle : 1873 pour Bruckner, 1876 pour Brahms. Et c’est à peu près tout ce qui rapproche ces deux opus majeurs du genre, leur importante volumétrie (un peu moins d’une heure chacune) mise à part. Jérémie Rhorer l’a bien compris : son approche de Brahms, lyrique, tendre, l’éloigne quelque peu de la lecture post-beethovénienne attendue, pour ne pas dire redoutée. La mélancolie est omniprésente, notamment sur l’Andante sostenuto ; le final, pourtant délimité en trois sections, semble s’écouler en un souffle. Sur Bruckner, exécuté après l’entracte, c’est une veine plus épique que l’on cherche. Wagner ne semble jamais loin : la sollicitation des cordes, irréprochables de bout en bout, comme de cuivres plus solides encore que sur la première partie, ne pardonne rien. De même que le choix de tempi rapides qui, loin de se justifier uniquement par un désir d’épate, permettent aux bien-nommés Schnell et Mehr Schnell de laisser leur thèmes entêtants retentir avec encore plus de force et de tenue. Le public en redemandera, avec force applaudissements : mais après deux heures de cette tenue, l’orchestre repartira pour un repos bien mérité.

SUZANNE CANESSA
Novembre 2021

Le concert a été joué le 23 novembre pour un public de scolaires et le 24 novembre au Grand Théâtre de Provence, Aix

Photo © Caroline Doutre

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net