15 photographes se penchent sur la jeunesse : Jeunes-Générations, à voir jusqu'au 3 juin à La Friche

Portrait de l’avenirVu par Zibeline

• 18 février 2018⇒3 juin 2018 •
15 photographes se penchent sur la jeunesse : Jeunes-Générations, à voir jusqu'au 3 juin à La Friche - Zibeline

L’exposition Jeunes-Générations brosse le portrait d’une jeunesse inattendue et émouvante

Ils sont 15, lauréats de la commande photographique nationale « La jeunesse en France ». Si les expositions collectives sont souvent frustrantes, celle-ci est suffisamment importante pour qu’on l’appréhende comme 15 expositions monographiques. Car chacune des séries témoigne d’une vision personnelle, loin des clichés, sur une jeunesse particulière. Pourtant un point de vue global émerge, un témoignage précieux susceptible de fabriquer une nostalgie future : une génération diverse, inventive, festive, révoltée, en souffrance ou en joie, ironique ou à terre, fidèle à sa façon au passé, invente aujourd’hui l’avenir.

Les photographes approchent tous leur sujet de front, de face, cherchant les regards et donnant à voir les êtres qu’ils accrochent à l’éternité. De façon assez formelle, Chimène Denneulin place sur ses sujets des aplats étranges qui obstruent le réel, et Gilles Coulon compose ses portraits, comme un pointilliste, de petites photos couleur ; poétique, Alexandra Pouzet accole image et texte (de Bruno Almosnino), humain rural et végétation symbolique ; d’autres attrapent la jeunesse dans ses plaisirs, comme Guillaume Herbaut et sa série de geeks Superhéros en Picardie ; Pablo Baquedano, ses Night-Clubs et leurs coulisses, Lola Reboud, ses jeunes filles  et leurs étreintes.

Mais la plupart des œuvres, directement militantes, donnent à voir des invisibles, des marginaux, des exceptions. Avec un regard d’ethnologue comme Stéphane Lavoué qui compose des portraits, très picturaux, de jeunes Bigouden ayant choisi de rester au bout du pays breton, ou Patrice Terraz qui s’approche de l’hostilité ambigüe des jeunes kanaks.

Plus sociologiques Claudine Doury, qui cherche à capturer la transformation en artistes de jeunes du dispositif Premier acte* ; Gabrielle Duplantier qui a retrouvé les enfants d’une école ZEP devenus de jeunes adultes ; son noir et blanc, tout autant que les couleurs éclatantes de Yohanne Lamoulère (voir Zib’ 115) donnent de la dignité et de l’effronterie aux classes populaires. Les séries remarquables de Marie-Noëlle Boutin sur les jeunes agriculteurs du Nord, ou de Géraldine Millo sur les nouvelles Vestales, apprenties du soin à la personne, qui donnent à voir des visages lumineux, comme sortis d’un autre temps, d’une autre exploitation de classe.

Enfin, deux photographes s’attachent au traitement de l’actualité directe, et de la marge légale : Myr Muratet photographie les réfugiés sans refuge, les errants du Grand Paris, et Klavdij Sluban les jeunes détenus de Fleury-Mérogis : les visages adolescents disparaissent, en contrejour ou sous les couches de tissus protégeant du froid. Ils resteront dissimulés, loin de la visibilité offerte aux autres jeunes par les photographes.

Agnès Freschel
Mars 2018

Le très beau catalogue de la commande nationale (texte de Christian Caujolle) est édité chez Bec-en-l’air (28 €)

Jeunes-Générations
jusqu’au 3 juin
La Friche, Marseille

*Cycle d’ateliers du Théâtre National de Strasbourg destiné à promouvoir la diversité, et à lutter contre la discrimination des acteurs racisés.

Photo : Jeune-génération © Géraldine Millo – Idaline–donner le bain au nourrisson CAP petite enfance lycée Camille Claudel Mantes-La-Ville

La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/