Vu par Zibeline

Le Festival Côté Cour reçoit Enco de Botte, ensemble de polyphonies corses essentiellement féminin

Polyphonies corses féminines : un souffle nouveau

• 28 juillet 2013 •
Le Festival Côté Cour reçoit Enco de Botte, ensemble de polyphonies corses essentiellement féminin - Zibeline

Les polyphonies corses sont l’âme de l’Île de Beauté. Elles évoquent la vie quotidienne, chants de bergers qui se transmettent de père en fils puis  messages profanes, religieux, exprimant aujourd’hui un désir de liberté, d’identité propre, dénonçant inégalités et injustices. Austères et envoûtantes, elles comportent parfois des accents orientaux. Si le groupe I Muvrini leur a donné une reconnaissance internationale, dans les années 80, certains n’hésitent pas, aujourd’hui, à utiliser des instruments modernes, délaissant l’héritage a cappella. Entre patrimoine et création, l’ensemble Enco de Botte, essentiellement féminin, propose un parcours original, entre polyphonies traditionnelles, incursions occitanes, espagnoles, jazz ou plus expérimentales. Ne pas figer le chant polyphonique corse dans des chants de bergers, main collée sur l’oreille, est louable, mais ce concert manquait cependant de lisibilité, par ce foisonnement parfois brouillé, dans des nuances souvent un peu trop feutrées. On retrouve les caractères de la Paghjella, chant traditionnel : l’intonation est donnée par la belle voix chaude de Caroline Tolla, reprise en bourdon par Annie Maltinti, superbes graves qui résonnent sans forcer, puis les ornementations s’échappent de la voix aérienne et fougueuse de Florence Croisy, soprano. La clarinette basse de Magali Rubio, très énergique, très présente (trop ?), apporte couleurs et envolées insolites ainsi que les percussions de Thomas Bourgeois, (zarb, daf), précis, virtuose, très à l’écoute de ses consoeurs. Le public a semble t-il, préféré les parties traditionnelles corses (Brunetta, magnifique Terzetti Guagnesi), harmonies fluides et riches  aux incursions plus novatrices. Se laude Maria, Cantique traditionnel nissart, prouve le regard d’Enco de Botte vers des chemins divers croisant d’autres cultures. C’est tout à l’honneur de ce groupe de qualité qui devra mûrir, en imposant des palettes vocales encore plus expressives, mais en gardant cette fraîcheur et flexibilité dans le désir d’une certaine modernité.

YVES BERGE
Juillet 2013

Photo : Yves-Bergé-Polyphonies-corses-Enco-28-07-13-007

Festival Côté Cour, Aix en Provence, Pavillon de Vendôme

 


Pavillon Vendôme
13 Rue de la Molle  – 32 rue Célony
13100 Aix-en-Provence
04 42 91 88 75
http://www.mairie-aixenprovence.fr/Pavillon-Vendome