Vu par Zibeline

La Compagnie d’entraînement du Théâtre des Ateliers rencontre une œuvre de Laurent Mauvignier

Polyphonie théâtrale

La Compagnie d’entraînement du Théâtre des Ateliers rencontre une œuvre de Laurent Mauvignier - Zibeline

Auteur associé de la promotion 2018-2019 de la Compagnie d’entraînement, Laurent Mauvignier l’a accompagnée par ses textes et par sa présence lors des recherches des étudiants et d’un séminaire de trois jours avec eux. Cette jeune formation (Robin Attrée, Laurent Di Marino, Faustine Guégan, Bénédicte Ménissier, Sara Pignatel, Laurent Prat, Florian Rondart) a choisi le premier roman de cet auteur aimé du théâtre, Loin d’eux, en point d’orgue de cette année, avec sept représentations à la clé, leur permettant d’approfondir et de creuser leur rapport au texte et à la scène. Le texte polyphonique de Laurent Mauvignier trouve sur le plateau une résonnance particulière, dans la mise en scène intelligente et poétique d’Alain Simon. Les évolutions des personnages suivent une chorégraphie précise, dans une disposition qui renforce la solitude de chacun jusque dans les dialogues, qui jamais ne permettent de rencontrer l’autre. Chacun reste enfermé dans ses préjugés, ses modes, ses convictions, ses structures mentales, sans jamais réussir à comprendre ce qui constitue l’être auquel il s’adresse. La mort voulue du personnage central, Luc, qui a fui la désespérante banalité de sa vie aux côtés de ses parents pour une vie parisienne qui ne l’a pas satisfait non plus, suscite une série d’évocations, qui tiennent autant du ton de la lettre que du journal intime. Les voix de ses parents, Jean et Marthe se conjuguent à celles de son oncle et sa tante, Gilbert et Geneviève, aucun ne comprenant le geste, ni le caractère, ni les pensées du jeune homme, alors que sa cousine, Céline, révoltée aussi, souligne la connivence qui les liait. Leurs cinq points de vue livrent des fragments de vie, d’émotions, de lectures différentes de mêmes évènements. Luc, autour duquel les tensions se disent, ressentiments cachés et ressassés, ignorances, incompréhensions, domine l’action de sa « présence absente », personnage solitaire campé sur une estrade qui le rend inaccessible… Les corps errants, torturés parfois, transcrivent avec éloquence les non-dits, les voix épousent les passions puis se replient en une diction « blanche » qui rend encore plus poignant l’interprétation du texte de Mauvignier, l’incarnent, mettent en évidence son oralité dans les belles lumières de Syméon Fieulaine. Les jeunes acteurs s’emparent avec une subtile maîtrise de cette œuvre qui par son travail en épure, ses répétitions, ses retours, tels des refrains, tient de la performance poétique. Ils savent jouer de l’étrangeté, rythment les silences ou les phrases : un accord de guitare, des graines de haricots qui tombent une à une dans une boite, suffisent à installer une atmosphère. Il s’agit de suggérer plus que d’expliquer, de jouer des variations de tempo, entre fragilité et force, pour un théâtre qui ne cesse de s’inventer…

MARYVONNE COLOMBANI
Juin 2019

La pièce a été donnée du 7 au 15 juin au Théâtre des Ateliers, Aix-en-Provence

Photographie : Loin d’eux © X D-R


Théâtre des Ateliers
29 Place Miollis
13100 Aix-en-Provence
04 42 38 10 45
http://www.theatre-des-ateliers-aix.com/