Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le bruit des arbres qui tombent au Bois de l’Aune, une création de la Cie Nathalie Béasse

Poétique de la vague

Vérifier les jours off sur la période
Le bruit des arbres qui tombent au Bois de l’Aune, une création de la Cie Nathalie Béasse - Zibeline

Objet étrange que la pièce-danse-mime-performance poétique de la Cie Nathalie Béasse, Le bruit des arbres qui tombent. Pour ceux qui cherchent à classer les genres, voici un absolu défi, car l’œuvre emprunte à tous et ne se définit par aucun… Imaginez une grande bâche en plastique noir recouvrant l’espace de la scène, et aux quatre coins des personnages (trois hommes et une femme) qui la font manœuvrer avec de longs filins. Le sol se soulève, s’étire, devient vague, mur, nuage immense qui dissimule les lumières, puis les capte dans ses replis, s’avance vers le public, dans ses frémissements de pierre taillée, s’envole, dessine de nouvelles volutes, s’extrait de la pesanteur, s’enroule, feint de brusques revirements, effleure le sol, bondit, s’évade, laisse le plateau vide, où une série de saynètes s’enchaînent, jouent de la légèreté, les personnages patinent, dansent, se livrent à des orgies de remuement de terre, transportent des pierres dans une valise… art consommé de la chute qui s’évite, se choisit. Le jeu théâtral est-il celui d’enfants qui se déguisent ? perruque pour devenir une vieille femme, vêtements endossés par-dessus d’autres, en une ivresse instable où l’un vêt l’autre en constant déséquilibre. Perce pourtant une inquiétude sourde derrière le caractère espiègle, les « batailles de polochon » avec des brassées de terre ou un rondin coincé entre les jambes, ou encore le calme très « british » de celui qui dit un texte et poursuit imperturbable sa récitation de L’Évangile selon Saint-Matthieu malgré la cuvette d’eau déversée sur sa tête… La vie se déroule ici, dans ses histoires intimes, ses quêtes, ses rires, ses tristesses, ses jeux et ses épuisements. Entre récit des origines et hypothétiques futurs, le présent esquisse sa ronde. Enfance d’un monde en quête d’un improbable équilibre, avec sa fantaisie, sa simplicité, sa maladresse, que colorent des fragments de textes de Marguerite Duras, Gertrude Stein, Shakespeare ou des Indiens d’Amérique du Nord, Brel (en une surprenante version néerlandaise)…

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2019

Le bruit des arbres qui tombent a été donne les 7 & 8 février au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

Photo : Le bruit des arbres qui tombent © Pierre Grosbois


Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr