Vu par ZibelineLouise O’sman et Agnès Bihl au Petit Duc

Plumes acérées

Deux créations, deux nouveaux albums, deux artistes d’exception au Petit Duc. Louise O’sman ouvrait le bal avec son accordéon, nous offrant une lecture intime et poétique d’un monde oscillant entre légendes personnelles et universelles. « On entend sous la mer avancer le désert » au cœur de la Joyeuse ville (titre éponyme de son album), « Quand la course des Hommes / ne trompe plus personne », les mémoires glissent leurs ombres, on regarde enfin les êtres derrières leurs apparences, « les portes claquent d’éphémère », l’encre redonne du sens aux choses, en extrait [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous