Avec le festival Arts et Festins du Monde, Gardanne fête la paix et la solidarité

Planète GardanneVu par Zibeline

Avec le festival Arts et Festins du Monde, Gardanne fête la paix et la solidarité - Zibeline

Quand le Togo côtoie la Bretagne, que la Corse est entre le Liban et la Réunion, que le Pérou voisine avec le Sénégal, ou l’Andalousie avec les Antilles, c’est que vous êtes à Gardanne ! Plus précisément, vous êtes au cœur du festival Arts et Festins du Monde, que la ville organise depuis une quinzaine d’années. Les 20 et 21 mai, entre musique, artisanat et gastronomie, la planète avait donné rendez-vous à la cité minière.

Sur le grand axe du centre-ville, un serpentin de couleurs et de saveurs s’est posé. Les sens en éveil, il suffit de les laisser aller pour trouver son chemin. Plaisir des yeux d’abord, en remontant le boulevard Carnot, grâce aux vêtements, bijoux ou bibelots des soixante-dix artisans internationaux qui composent le marché. Avec d’étonnantes découvertes, comme l’étal de Jaïro Rocha, Colombien installé en Ardèche.

Paix et solidarité

Ses bagues ou boucles d’oreilles, fines et subtiles, portent aussi une forte dimension sociale et politique. Lors de séjours dans son pays natal, il rencontre un groupe de jeunes femmes qui, selon une méthode traditionnelle, fabriquent des bijoux à partir de fleurs ou d’ailes de papillons séchées. Il se forme auprès d’elles, acquiert la technique pour réaliser des pièces en France, mais continue d’entretenir un lien avec l’atelier sur place, qui fournit une partie des créations. « C’est un enjeu de travailler là-bas, explique-t-il, c’est une région où il y a beaucoup de conflits sociaux, la guerilla y est très dure par endroits. Permettre à quelques personnes de subsister par leur travail est très important. »

bijoux-Jaïro-Rocha---Arts-et-Festins-Gardanne-2016-©-JCS

Solidarité, conscience, métissage, art, convivialité, tout l’esprit du festival est dans cette alchimie. « C’est une fête de paix », insiste Silvia Caramanna, la programmatrice. Côté organisation aussi, la solidarité est à l’œuvre. « Toutes les équipes techniques de la ville sont mobilisées. Chacun fait en sorte que tout se passe au mieux pour les milliers de personnes qui arpentent nos rues. »

Feria tranquille

Tous ceux qui viennent savourent cette ambiance particulière, sorte d’équilibre entre fête de village animée et feria tranquille. Le long du cours Forbin, on s’installe sur les tables qui font face aux dizaines de camions-resto, on se laisse bercer par les parfums d’épices et on goûte aux recettes du monde entier. Avant de remonter vers le cours de la République, où est installée la scène. Les rythmes arabo-andalous de l’Orchestre Tarah, la fusion afro-brésilienne de Rio Mandingue, le jazz manouche du Trio Cordes Sensibles ou le flamenco de Luis de la Carasca étaient au programme du samedi. La veille, le public dansait au son du maître du djembé, Adama Dramé, citoyen d’honneur de Gardanne, qui fêtait son demi-siècle de carrière et lançait : « Espérons qu’on se retrouve dans 50 ans ! » Et pourquoi pas ?

JAN-CYRIL SALEMI
Mai 2016

Adama-Dramé---Arts-et-Festins-Gardanne-2016-©-JCS

 

Photos : © JCS