Retour sur la fête du livre de Bron qui s'est tenue du 14 au 16 février

«Plan B» littéraire à BronLu par Zibeline

• 14 février 2014⇒16 février 2014 •
Retour sur la fête du livre de Bron qui s'est tenue du 14 au 16 février - Zibeline

Hippodrome de Parilly. 14 février 2014. L’espace équestre suspend ses courses le temps d’un week-end littéraire, d’un «Plan B», le thème de la Fête du livre de Bron cette année

Des Rencontres avec des auteurs
Hakan Günday, l’enfant terrible de la littérature turque, inspiré par Céline et Oguz Atay présente son dernier roman, Ziyan : Ziya, pendu en 1926 pour avoir tenté d’assassiner Mustapha Kemal, est un fantôme qui apparaît à un jeune soldat d’aujourd’hui sur le point de se suicider. Par un effet de miroir où les protagonistes ont un rapport très contradictoire à la peur et à travers la confusion des temporalités, l’auteur dénonce le service militaire obligatoire et aborde la question des rapports de pouvoir et des destins brisés.
Shumona Sinha décrit son Calcutta. Trisha, l’héroïne, retourne au Bengale pour la crémation de son père. Les souvenirs de l’enfance resurgissent, un quotidien charnel, les idéaux de son père marxiste, la répression des années 70, les conflits entre les communautés. Une belle prose poétique qui capte une odeur, une lumière, un objet du pays natal. Les personnages portent en eux la nostalgie de l’auteure, et s’inscrivent dans une succession de chutes, la fin d’une époque, d’une utopie, d’un père.

Des Cafés littéraires
Place à la «Face B» des auteurs invités, à l’univers musical qui imprègne leur œuvre. On commence sur une suggestion de l’écrivain Philippe Vasset avec un extrait de Dreams Less Sweet de Psychic TV, une musique mentale de paysage intérieur, psychédélique, puissamment évocatrice. Auteur d’un roman insolite Conjuration, dans lequel il nous fait arpenter de manière jubilatoire les marges géographiques, les angles-morts de Paris, Philippe Vasset travaille aussi sur le projet Phonotopie 1 (Paris) avec le compositeur Pierre-Yves Macé qui enregistre des instruments acoustiques (haut-bois, trombone, cor…) dans des lieux proposés par l’auteur, des espaces incongrus, sinistrés et traversés par des accidents sonores.
On diffuse ensuite Pie Jesu interprété par Cécilia Bartoli. C’est le morceau qu’a choisi le metteur en scène d’Antigone dans le dernier roman poignant de Sorj Chalandon, Le quatrième mur. Antigone, c’est la pièce que les personnages ne pourront pas jouer à Beyrouth en 1982 en raison des terribles massacres des camps de réfugiés palestiniens Sabra et Chatila. Le requiem de Maurice Duruflé est une musique crépusculaire, sublime et pure qui protège Sorj Chalandon, romancier et journaliste de guerre pendant 20 ans, le temps de l’écriture face au souvenir du silence des camps décimés.

En bref
70 invités marquants dont Maylis de Kérangal, Thomas Clerc, Léonora Miano, Alaa El Aswany, Jean Hatzfeld, Denis Podalydès, Sylvie Testud et 40 000 visiteurs ! Des propositions foisonnantes et originales pour la jeunesse ; une fête du livre de référence, généreuse et sensible portée par Colette Gruas, Yann Nicol et leur équipe. Il y fait bon flâner !Hippodrome-de-Parilly,-fête-du-livre-de-Bron-©-Marion-Cordier

MARION CORDIER
Mars 2014

La fête du livre de Bron s’est tenue dans la périphérie de Lyon du 14 au 16 février
www.fetedulivredebron.com

Lectures «coups de coeur»
Réparer les vivants
Maylis de Kerangal
Verticales, 18,90 €

Ziyan
Hakan Günday
Galaade, 24 €

Photos :
De haut en bas et de gauche à droite : Sorj Chalandon et Jean Hatzfeld, Michel Poncet et Monique Pinçon-Charlot, Alaa El Aswany (et William Irigoyen modérateur), Denis Podalydès et Sylvie Testud (William Irigoyen, modérateur) © Christine Chaudagne
Hippodrome de Parilly, fête du livre de Bron © Marion Cordier