Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Y en a marre d’être pauvre et Je n’écris plus de Fabienne Yvert aux éditions des petits livres

Peu de mots pour le dire

Y en a marre d’être pauvre et Je n’écris plus de  Fabienne Yvert aux éditions des petits livres - Zibeline

Fabienne Yvert arpente les sentiers peu battus d’une poésie pleine des aléas et du dérisoire de l’existence. Dans Télescopages, paru en 2010 chez Attila, elle avait mis en fiches sa vie de 1997 à 2002. Depuis quelque dix ans, ce sont aussi de petits livres tamponnés que l’artiste typographe fabrique chez elle à Marseille. «Les petits livres, voilà mon champ de bataille», revendique-t-elle, car, comme elle le tamponne haut et fort dans Je n’écris plus «tous ces livres dans les librairies me dégoûtent/Autant de mots de blabla/Si peu de poésie de littérature».
Ce qui l’intéresse ? «Le rebut palpitant, les restes du vivant, le soi-disant insignifiant.» C’est de cette matière prétendument triviale que la poétesse fait son miel. Un miel acide, qu’elle tamponne sur les pages de ses deux derniers ouvrages. Y en a marre d’être pauvre dresse le bilan qui pourrait être pathétique d’une vie passée à «racler les fonds de tiroirs & les raclures de porte-monnaie». Pourtant, même «border larmes», celle qui vit «d’emprunts & d’eau fraîche» garde les yeux ouverts sur la misère des autres et ne perd rien de son sens de l’autodérision. Quant à Je n’écris plus, cette réédition du texte de 2004 est une sorte de manifeste, car de l’incapacité à écrire naît une nouvelle forme de travail : «J’écris de petites phrases qui essaient de fixer le temps.» Et une nouvelle technique, celle du tampon, qui contraint à ne garder que le nécessaire. Une économie de mots en parfaite adéquation avec l’existence précaire de cette artiste originale et engagée.

FRED ROBERT

Mars 2013

Y en a marre d’être pauvre et Je n’écris plus
Fabienne Yvert
Éditions des petits livres, 10 €