Vu par Zibeline

Une tragédie grecque sous le soleil espagnol de Jaime Rosales

Petra

• 8 mai 2019 •
Une tragédie grecque sous le soleil espagnol de Jaime Rosales - Zibeline

Une jeune femme arrive dans une superbe maison tenue par Teresa. Elle vient suivre un stage artistique avec Jaume (Joan Botey), peintre renommé. Elle fait la connaissance de sa femme, Marisa (Marisa Paredes) et de son fils Luca (Alex Brendemühl), photographe méprisé par Jaume. C’est ainsi que démarre le chapitre 2… et le quatrième film de Jaime Rosales, Petra, la tragédie d’une fille qui cherche son père que sa mère, Julia, lui a toujours caché. Car si Pétra (superbe Bárbara Lennie), peintre « trop intimiste » lui dira Jaume, est venue faire ce stage, c’est parce qu’elle a la conviction que Jaume est son père.

Découpé en sept chapitres dont l’ordre étonne (2, 3, 1, 4, 6, 5, 7) et dont les titres annoncent ce qu’on va découvrir, bâti comme un puzzle que le spectateur doit reconstruire, le film, qui a eu 17 versions de scenarios, est tourné en plans séquences. « Aristote a été notre phare : “Tout doit être surprenant et nécessaire”. Tout a été pensé pour que le spectateur entre dans le film. Pour qu’il s’installe à l’intérieur et voyage avec lui. Un voyage vers l’intériorité. Intériorité des personnages et intériorité du spectateur lui-même. », précise le réalisateur catalan.

En effet, Petra aborde aussi bien la question des secrets de famille, que celle du Mal, de la trahison, du destin. Une tragédie grecque sous le soleil espagnol. C’est la talentueuse Hélène Louvart, directrice de la photo, qui en restitue la lumière. La musique de Kristian Eidnes Andersen, tel un chœur antique, souligne, commente les événements, surprises et rebondissements que réserve jusqu’à la fin cette histoire de famille…

Annie Gava
Mai 2019

Petra, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en mai dernier, sortira le 8 mai (1h47)

Photo: PETRA © Condor Films – Rolf Konow