Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Trio Wanderer était de passage au Théâtre La Criée dans le cadre de La Folle Criée le 24 et 25 novembre

Pèlerinages en musique

Trio Wanderer était de passage au Théâtre La Criée dans le cadre de La Folle Criée le 24 et 25 novembre  - Zibeline

Le voyage et ce récit, à nul autre pareil, que sait en faire le musicien, sont au cœur de cette septième édition de la Folle Criée. Ses treize concerts d’environ quarante-cinq minutes, dédiés, sur le modèle de la Folle Journée de Nantes, à un public familial et tarifés en fonction, rencontrent chaque année un beau succès. La venue du Trio Wanderer a, ici, tout d’une évidence. Son périple autour du trio, de ses dialectiques et de ses mutations s’affranchit de tout exotisme et de tout maniérisme pour n’en conserver que la moelle musicale.

Le concert s’ouvre sur le Trio n°40 en fa dièse mineur de Joseph Haydn. Sautillante, fleurie et élégante, la pièce, qui compte parmi les trios tardifs du compositeur, fissure déjà sa trame délicate, la darde de couleurs plus sombres, d’harmonies plus inquiètes.

Un lyrisme bien moins contenu s’empare des musiciens lorsque s’ouvre Tristia, la transcription pour trio de la Vallée d’Obermann de Liszt. De la brume opaque du piano de Vincent Coq émerge le cri de désespoir du violoncelliste Raphaël Pidoux, et la mélodie brisée du violon de Jean-Marc Phillips-Varjabédian. Aucune accalmie, aucune éclaircie ne viendra dissoudre le tragique de ce poignant premier mouvement.

Le Trio Wanderer a développé en trente ans d’activité une identité sonore et une complicité à toute épreuve, qui a raison de l’opacité des discours, des impropriétés et de l’âpreté du crin. Elles exigent un lâcher-prise total, une intériorisation de ses partenaires -il faut voir le sourire se dessiner sur le visage de l’un quand se laisse entendre la minutie de trait de l’autre !

S’ensuit le Trio opus 101 de Brahms, moins violent que résolument héroïque, moins léger que viscéralement dansant, encore nimbé de mystère. C’est sur Haydn que se clôt le concert : le finale du Trio n°39, dit Trio Tsigane, laisse se déployer les sonorités épaisses et aguerries des cordes et le trépidant piano.

SUZANNE CANESSA
Novembre 2018

La Folle Criée s’est déroulée les 24 et 25 novembre à la Criée, Marseille

Photo : Trio Wanderer © Thomas Dorn – Harmonia mundi


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/