Vu par Zibeline

Retour sur le roman La passion de Jeanette Winterson réédité par L’Olivier

Passionnément

Vérifier les jours off sur la période
Retour sur le roman La passion de Jeanette Winterson réédité par L’Olivier - Zibeline

Bien que son œuvre ait été traduite en français dès la fin des années 1980, on connaît surtout Jeanette Winterson depuis l’énorme succès de son autobiographie Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? (récemment éditée en poche, coll. Points). Ce texte, une ode vibrante à la littérature, un hymne percutant à la liberté d’aimer, un pavé dans la mare bien-pensante, mérite largement cette célébrité. Couronné en 2012 du Prix Marie-Claire, il fait aujourd’hui partie de la sélection du Prix Littéraire des Lycéens et Apprentis de la région PACA et les lecteurs adolescents s’en délectent. Surfant sur la vague, l’Olivier vient de republier, dans une édition révisée, un des premiers romans de l’écrivaine britannique, paru en 1987. Excellente idée car La passion est un vrai bonheur de lecture. Située à l’époque napoléonienne, cette étrange fiction mêle habilement les genres (roman historique, conte fantastique, récit d’apprentissage, histoire d’amour…), les lieux (Boulogne-sur-Mer, Venise, Moscou…) et les registres (de la crudité la plus sordide à la poésie la plus émouvante), entraînant sans faiblir le lecteur à la suite des deux personnages-narrateurs principaux, Henri, un jeune soldat devenu cuisinier de Napoléon, et Villanelle, la fille d’un batelier vénitien, croupière au Casino et travestie à ses heures. Deux personnages troublants, dont les routes vont se croiser au fil de ce récit qui n’est au fond qu’une suite de variations sur le thème de la passion «quelque part entre la peur et la volupté». Passion de la conquête, passion du jeu, passion amoureuse. Passion des histoires aussi, que la romancière égrène au fil du roman pour le plus grand plaisir du lecteur.

FRED ROBERT

Janvier 2014

La passion
Jeanette Winterson
traduit de l’anglais par Isabelle D. Philippe
L’Olivier, 20 €