« L’Eté à Toulon » se conjugue avec « L’été à Hyères »

Pas torride, torride, l’été à Toulon !Vu par Zibeline

• 11 juillet 2020⇒31 octobre 2020 •
« L’Eté à Toulon » se conjugue avec « L’été à Hyères »  - Zibeline

À l’heure où la préfecture du Var écrit son avenir à coup de gestes urbanistiques forts, « L’Eté à Toulon » regarde dans le rétroviseur. Pas sûr que le public non initié y trouve son bonheur

La façade de l’Hôtel des arts et la Rue des arts ont beau avoir pris des couleurs estivales sous les pinceaux d’Alexandre Benjamin-Navet, Grand prix du jury à la Design Parade 2017, la programmation de la Villa Noailles hors les murs n’est pas vraiment fun ! Certes instructive pour les Toulonnais, les architectes et les historiens qui, à la galerie du Canon, découvrent ou approfondissent leurs connaissances de l’évolution architecturale de la cité entre 1950 et 1970 grâce aux photos d’époque, plans, croquis, archives et éléments décoratifs monumentaux, mais c’est un « drôle d’endroit » pour une exposition patrimoniale. Celle-ci aurait trouvé un meilleur écrin à la médiathèque ou aux archives, la galerie du Canon ayant acquis ses lettres de noblesse dans l’art contemporain sous l’impulsion de Jacques Mickaélian, son fondateur, et Gilles Altiéri, son conseiller artistique… D’autant qu’à l’Hôtel des arts, dont on a mystérieusement condamné le second étage, le corollaire consacré à L’Esprit moderne, escale en Méditerranée revisite les mêmes bâtiments emblématiques de Toulon (la piscine du Port-Marchand, la Frontale du port, l’ancienne Caisse d’épargne, etc.) à travers le regard contemporain de François Halard. Deux époques et deux visions, l’une documentaire l’autre plastique, qu’il aurait été plus intéressant de confronter dans un lieu unique. Heureusement l’escale de François Halard s’enrichit de détails inattendus, d’intérieurs secrets, de points de vue détournés sur les incontournables de la cité varoise – notamment la Villa E-1027 d’Eileen Gray et Jean Badovici à Roquebrune-Cap-Martin – dans le prolongement de sa Suite Méditerranée qui mettait à l’honneur villas, ateliers d’artistes et édifices modernistes construits sur le littoral. Fragmentant l’objet photographié (vitrail, ruelle, balcon, vitrine) ; faisant cohabiter architecture domestique, industrielle et religieuse, passé et présent ; passant du polaroid miniature à la photographie numérique grand format, l’artiste offre un immense puzzle d’images à recomposer depuis le téléphérique du Faron jusqu’à la rade ouverte sur le grand large…

Sur le cours Lafayette, l’ancien évêché nous avait habitués à un déluge d’expositions de design. Las, l’exposition de Benoit Maire Chaise du soir occupe une seule petite pièce du rez-de-chaussée ! Pour cause de crise sanitaire nous explique-t-on, il était impossible d’organiser une circulation répondant à toutes les précautions nécessaires, et donc plusieurs propositions. De fait les chaises du soir paraissent bien « seulettes » et leur lien avec le reste du parcours totalement énigmatique.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Août 2020

« L’Eté à Toulon » se conjugue avec « L’été à Hyères » jusqu’au 31 octobre

Ancien Archevêché / Rue des arts
Galerie du Canon
Hôtel des Arts / Monique Boutique
04 98 08 01 98 / 97

Photographie : Vue de l’exposition de François Halard, L’esprit moderne, escale en Méditerranée, Hôtel des arts, 2020 © X.DR