Vu par Zibeline

La Villa Magalone a accueilli un prince du violon : Jan Talich

Pas de deux

La Villa Magalone a accueilli un prince du violon : Jan Talich - Zibeline

Jan Talich est un prince du violon. Son père lui légua, outre son propre prénom, la direction du Quatuor dont il fut le fondateur il y a près de cinquante ans. C’est toute une lignée de musiciens de Bohême qui vibre dans les cordes du premier violon des «Talich», fleuron de la musique de chambre internationale !

Il y a près de six ans eut lieu, entre Agnès Pyka (fondatrice de l’ensemble Des Equilibres) et le musicien tchèque, une «rencontre musicale et humaine» qui s’est matérialisée, fin 2012, par un enregistrement des 44 duos pour violons de Bartok (voir ici). Le Hongrois composa, en 1931, cette suite de tableaux sonores inspirés de danses, mélodies ou chansons traditionnelles magyares, des Carpates ou des Balkans, dans un but tout autant pédagogique qu’ethnographique.

Mais c’est leur valeur singulièrement artistique qui frappe, au concert, le 22 mars à la Villa Magalone à Marseille, alors que les lignes se croisent, se confondent, s’interrogent et s’aimantent, se heurtent en tensions éphémères… On vibre au ballet des archets, à ce folklore magnifié, art majeur entendu comme tel par Bartok, tissé de bourdons et d’échos, de cadences évoquant des scènes paysannes, au rythme des saisons, d’une berceuse à apaiser les cœurs ou d’une danse «à faire tourner les filles»… et nos têtes !

JACQUES FRESCHEL

Mars 2013