Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur Les Rencontres d'Averroès, dans un espace méditerranéen en grande souffrance

Parler de liberté aux portes de l’enfer

Retour sur Les Rencontres d'Averroès, dans un espace méditerranéen en grande souffrance - Zibeline

Les 24e Rencontres d’Averroès furent particulièrement éprouvantes. Penser la Méditerranée est-il encore possible quand la Syrie, la Libye, la Turquie, l’Egypte sont plongés dans des tourmentes sans précédents ?

Il y a quelques années les intervenants et le public des Rencontres d’Averroès s’invectivaient et s’opposaient. On y parlait révolution, printemps arabes, féminisme, racisme, on y confrontait des visions marxistes et humanistes, on discutait âprement, pas toujours poliment, et la parole des poètes, des artistes, y permettait souvent de comprendre intensément le présent, l’histoire, la géopolitique, les douleurs et les joies.

Les Rencontres ont changé. Parce qu’elles ont moins de moyens cette année à cause du Conseil départemental qui n’entre plus dans leur financement, et que par conséquent la parole des chercheurs, pourtant plus jeunes et rejoints par des chercheuses pertinentes, s’y confronte moins à la vision des artistes. Mais surtout parce que l’état du monde méditerranéen est si alarmant que la parole se fige dans la douleur, dans le lent énoncé des faits, dans l’analyse du mal qui n’atteint pas la pensée dialectique.

Ainsi le journaliste de La Croix, Jean-Christophe Ploquin ouvrait la 1ère table ronde, intitulée Quelles libertés face au sacré ?, en affirmant : « Le sacré est toujours là, il travaille nos sociétés, parfois pour les nourrir, parfois pour les meurtrir. » Mais quid de la liberté religieuse ? Anastasia Colosimo, enseignante en théologie politique, a parlé du retour du « religieux lourd », et l’un des artisans de la Constitution tunisienne, Yadh Ben Achour, a évoqué la « guerre idéologique » menée dans son pays pour juguler l’islamisation de l’État.

Mais c’est un détenu des Baumettes qui posa via un enregistrement la question des libertés. Quelles sont-elles quand nous sommes soumis à de fortes pressions religieuses, politiques, médiatiques ou familiales ? L’écrivain Pascal Amel a répondu : « Si l’on veut une vie intense, il faut prendre des risques, savoir se déprendre des dominations, ne pas craindre l’opprobre, y compris générale. » En précisant tout de même « Quand c’est possible… » !

Pas de liberté

Quand c’est possible Les Tables rondes n’ont pourtant cessé de dire la faillite de la liberté : celle consacrée au terrorisme n’osa pas même l’évoquer. Mohammad Ali Atassi, documentariste syrien, Loulouwa Al Rachid, spécialiste de la politique irakienne, Nora Lafi, historienne de l’Empire ottoman rappelèrent les alliances passées, les guerres illégales, les armes chimiques, les bombardements occidentaux, l’abandon, les générations de rancœurs.

Tous dirent qu’il existe des forces démocratiques, une alternative entre la terreur de Daesh et les dictatures, soutenues par les États-Unis et l’Europe comme s’ils étaient l’unique rempart contre le fascisme islamique. Mais que la solution politique semble s’éloigner chaque jour, et que la souffrance des peuples est sans mesure.

L’après-midi fut tout aussi désespérant : il fut question de la Turquie et de l’Egypte, immenses pays qui s’enfoncent dans un autoritarisme effarant. Les prisonniers turcs se comptent par centaines de milliers, victimes d’arrestations arbitraires : Cengiz Aktar, écrivain turc, rappela que quelques années plus tôt l’entrée dans l’Europe était au cœur des Rencontres d’Averroès, la reconnaissance du génocide arménien, la défense des Kurdes. Quel recul !

Lina Attalah, directrice du site égyptien Mada Masr, affirma que l’opposition démocratique égyptienne est forte, qu’elle a su faire la révolution, qu’il faut la soutenir face à la dictature d’El-Sisi, reçu à l’Elysée malgré la série de lois liberticides qu’il a fait adopter. Lois liberticides et reculs dont, comme Jacques Rupnik le rappelait, l’Europe n’est pas à l’abri, en Hongrie, en Autriche, ou dans cette France qui promulgue un état d’urgence permanent… et s’accommode des dictateurs et des noyés de Méditerranée.

Absence de sens critique ?

La dernière table ronde, consacrée à l’économie et au numérique, fut plus contestable. Farah Hached, militante tunisienne, rappela les difficultés économiques de la Tunisie, qui doit inventer sa démocratie sous la menace de ses voisins. Mais si Marilena Koppa s’insurgea contre l’aberration mortifère de la politique économique imposée à la Grèce, qui ne cesse de rembourser une dette grandissante, l’ex-députée européenne préféra stigmatiser le gouvernement de Tsipras plutôt que la dictature internationale de la finance.

De même Jean-Marc Manach, journaliste spécialiste des libertés numériques, fit un exposé brillant sur la nécessité, et la possibilité, d’échapper à la surveillance numérique, voire de hacker les systèmes autoritaires, ou corrompus, mais il ne parla pas du coût énergétique du stockage des données, ni des ravages psychologiques du flux d’images de sexe non consenti, de morts et de violence extrêmes, auxquelles nous sommes exposés dès lors que nous ne nous en défendons pas.

Quant à Raouf Boucekkine, directeur de l’IMéRA, ancien collaborateur du premier ministre algérien, il affirma que la presse algérienne était libre (quid de Mohamed Tamalt, mort en prison en 2016, et arrêté pour « offense au Président de la République »?) et que la population y profitait encore des largesses de l’État, qui redistribuait généreusement l’argent du pétrole. C’est dire que Jean-Marie Durand, journaliste aux Inrockuptibles, ne parvint pas à les contredire !

C’est le public, moins à court d’arguments, qui rappela à l’un les dommages des fake news et des illuminati, à l’autre les souffrances de la jeunesse algérienne sans travail, sans avenir et sans mixité… Plus généralement, ce débat qui devait poser la question de la liberté en des termes économiques (les inégalités croissantes sont-elles liberticides ? peut-on être libre si on ne peut se soigner, nourrir ses enfants, se loger, s’instruire ? qui décide de l’ordre du monde, les gouvernements représentant les peuples ou les sociétés multinationales?) resta nettement en-dessous des attentes…

La vérité des artistes…

Mais heureusement, deux jours auparavant, Bachar Mar-Khalifé avait apporté une réponse sublime à la première table ronde, déployant sa liberté de ne pas croire, tout en approchant du sacré : pendant près d’une heure et demie, seul sur le plateau de la Criée devant son piano à queue, il a offert au public une expérience intense, aux échos mystiques.

Le grand musicien franco-libanais, qui chante successivement en langues arabe, kurde et française, alterne, souvent au sein d’un même morceau, entre oscillations douces et secousses subites. Alors ses mains, comme animées d’un ressort frénétique, vont et viennent d’une extrémité à l’autre du clavier, s’écrasant, martelant, maltraitant presque son instrument. Le tout donne à l’interprétation, soutenue par une voix chaude et puissante, une indubitable dimension invocatoire. Le musicien, qui concède « ne pas aimer Dieu » ironise d’ailleurs entre deux morceaux « Seigneur épargne nous…et laisse-nous tranquille. »

Et lorsque, sans prévenir, il se lève de son siège pour se pencher au-dessus du cadre de son piano, c’est pour se livrer à un exercice percussif aussi déroutant qu’impressionnant. Le pincement des cordes, les coups qui s’abattent sur la table d’harmonie produisent un tumulte métré, invraisemblable, sensationnel. Un morceau de bravoure conclu par une salve d’applaudissements, seulement dépassée en durée et en intensité par celle qui accompagnera le salut final de l’artiste.

…et leur courage

Des applaudissements qui retentirent aussi à la fin du grand entretien donné par Asli Erdogan, et contrastaient avec le silence ému qui accompagna les paroles de l’écrivaine. Elle parla de sa détention dans les prisons turques, des arrestations quotidiennes, de la torture, des disparitions, de l’impossibilité de vivre. Elle parla aussi de ses livres, de sa manière poétique de rendre compte du réel, de construire une littérature qui s’évade du documentaire.

De son enfance et de ses parents, opprimés dans une « dictature ordinaire » où on pouvait être arrêté et torturé pour ses opinions, mais non détenu sans motifs, sans jugement, avec une sentence de prison à vie pour « appartenance à une organisation terroriste ». De son combat d’écriture, par la publication sans commentaire des extraits de témoignages lors des purges Kurdes en 2016, listes infinies d’exactions. De sa difficulté, aujourd’hui à écrire en exil, sans ancrage.

Une conclusion d’une grande émotion, admirable comme le courage de cette femme, qui nous rappela que la liberté se nourrit de la fréquentation forcenée des œuvres, et de l’exercice sans limite de la pensée critique.

AGNÈS FRESCHEL, GAËLLE CLOAREC et LOUIS GIANNOTTI
Janvier 2018

Les Rencontres d’Averroès se sont déroulées à La Criée, Marseille, du 16 au 19 novembre

Photos :
Entretien avec Asli Erdogan © Nicolas Serve
Bachar Mar-Khalifé © Nicolas Serve


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/