Jeanne pour l’instant, quand un personnage prend le contrôle de son interprète

Paradoxe du personnageVu par Zibeline

Jeanne pour l’instant, quand un personnage prend le contrôle de son interprète - Zibeline

Entre Jeanne et Nicole, rien ne va plus ! Le personnage qu’est la première revendique haut et fort ses droits face à la seconde, comédienne censée l’interpréter. Dans un cocasse basculement des rôles, c’est le personnage qui prend le contrôle ! Jeanne, vieille dame cabotine en diable, s’essaie aux situations les plus variées, dont sa propre mort, « pour voir comment ça fait », joue avec le public, le morigène vertement ou lui distribue des gâteaux secs, s’égare dans les méandres décousus de ses réflexions, passe du coq à l’âne, déclame Racine, s’encanaille, esquisse des pas de danse oubliant quelque peu sa canne, puis se courbe, exténuée de rhumatismes… tout lui est possible, en maître incontesté du jeu.

Les limites s’effacent et les spectateurs peuvent partir si cela leur chante… oups ! La limite est atteinte, sans auditoire, réduite à néant la pièce défait le one-woman-show ! Jeanne se rétracte, puis, aimantée par son propre rôle, reprend le fil de ses élucubrations, passe sa vie à la moulinette des souvenirs, se livre à des réflexions sur le passé, le présent, le futur, les gens, le monde, la société, la liberté… Jeanne ne s’interdit rien. Nicole, l’actrice, tente de reprendre le contrôle sur sa création, passages délirants où tournant le dos au quatrième mur, Jeanne/Nicole « se » dispute en un « double je ».

Le personnage n’est plus en quête d’acteur et exige son indépendance. Après tout, c’est lui que l’on est venu voir ! D’un égoïsme franc, elle refuse de se plier aux règles, à l’instar de la chèvre de Monsieur Seguin, elle se bat jusqu’au bout, même si l’échéance est proche, même si la fin du spectacle se dessine, même si le verbe s’effrite, s’épuise… Jeanne s’accroche aux mots, aux mimiques, aux gestes, pour exister encore un peu, le toujours n’étant plus de mise…

Dans un beau retournement, ce sont ses vêtements soigneusement disposés sur le lit que l’actrice, muette elle, fera applaudir ! La force comique des débuts de Jeanne pour l’instant, pièce écrite et jouée par Nicole Choukroun dans la mise en scène (et conception) de Claire Massabo, est intacte, et trouve ici une signification qui dépasse le simple divertissement pour nous faire entrer dans une véritable problématique théâtrale qui n’épargne pas nos zygomatiques !

MARYVONNE COLOMBANI
Décembre 2016

Jeanne pour l’instant a été joué le 15 novembre à la Salle du Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

Photo : © X D R

Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr