Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le Festival de Musique de chambre s’invite cette année encore à Aix-en-Provence

Ouverture en forme de « Mise en doigts » pour le Festival de Salon au Conservatoire Darius Milhaud

Une bulle de douceur en trois parties, pour une « mise en doigts » tout en nuances …

La délicatesse champêtre de la Sonate pour violon et piano de César Franck s’élève d’une scène sobre et dégagée ; une émotion contenue avec peine, qui s’emballe et se calme au rythme de l’archet. Au violon, le son scintillant et pur de Maja Avramovic résonne. Entre douleur et résilience, elle nous offre une couleur mineure sublime de dissonance et des pianos impeccables de maîtrise et de sensibilité, qui tranchent admirablement avec la fougue virtuose d’un piano qui, dans des silences éloquents, fait la démonstration d’une force insoupçonnée. Une propreté aigue qui nous ferait regretter ce débordement d’âme au-delà de la partition qui viendrait briser une façade de son lisse et polie.

Cédant gracieusement la place, c’est le Trio pathétique en ré mineur de Mihail Ivanovic Glinka qui retentit dans la salle ; un chant à deux, où l’on croit deviner la connivence d’une douleur réciproque. Aux réponses courtoises, succèdent des face à face plus énergiques, et l’on oscille constamment, entre duo et jouxte instrumentale. Des plaidoyers mélancoliques, entre résignation et résistance révoltée, et au milieu, le piano modérateur et conciliant de Éric le Sage.

Enfin, cette parenthèse de subtilité se clôt avec un quintette en ré majeur, et l’on reconnaît sans peine, dès les premières notes, l’orfèvrerie de la composition mozartienne. Élevant le sautillant au rang d’art, la légèreté de la flûte donne à cette pièce de véritables échos pastoraux. Complètement en prise avec sa musique, Emmanuel Pahud, fait preuve d’une volubilité déconcertante et charmante, et nous offre un Adagio superbe d’expressivité et de langueur que de délicates cordes pincées colorent d’une teinte touchante et attendrissante. En somme, une flûte bouleversante de sincérité et d’émotion, qui exploite tous les méandres lancinants de son timbre et auquel Mozart offre une ampleur sublime et trop rare.

 

SELMA LAGHMARA
Août 2019

 

Festival International de musique de Chambre de Provence
Conservatoire Darius Milhaud – Aix en Provence
28 juillet 2019

 


Librairie de Provence
31 Cours Mirabeau
13100 Aix en Provence
04 42 26 07 23
www.librairie-provence.com


Conservatoire Darius Milhaud
1 avenue Malherbe
13100 Aix-en-Provence
04 42 38 76 28
www.aixenprovence.fr