Ça Dada, ou le triomphe du hasard au Grand Théâtre de Provence

OPNI en vue !Vu par Zibeline

Ça Dada, ou le triomphe du hasard au Grand Théâtre de Provence - Zibeline

Le nouvel OPNI (Objet Poétique Non Identifié) de et mis en scène par Alice Laloy se glisse avec une espièglerie expansive dans l’esprit Dada (la pièce a obtenu le Molière du Meilleur spectacle Jeune public 2011). Tandis que le public s’installe, l’une des actrices catapulte de petits messages au jeune public qui jubile de cet esprit potache qui rend possible ce qui lui est rigoureusement interdit en classe, tandis qu’un duo de percussionnistes marque le tempo dans des rythmes endiablés qui surchauffent une salle déjà conquise. Les murs reprennent la parole, support d’affiches, de textes (« les messages, c’est fait », « la guerre, c’est fait »…) qui sous-tendent le fil du spectacle, si fil il y a : le désordre revendiqué se refuse à toute compromission avec une organisation ou une narration quelconque. Une brève allusion à la Première Guerre mondiale rappelle aux plus grands que le sujet est maîtrisé, daté, même si la référence ne peut guère être parlante pour les enfants à moins d’avoir été préparés (peut-être poseront-ils des questions ensuite ?). Le jeune public est sollicité, invité (un heureux gagnant seulement) à être l’instrument du hasard et à interrompre le spectacle quand il le souhaitera… La peinture gicle, les murs s’effondrent, les papiers volent, sont déchiquetés, soufflés sur le mur de fond de scène en un poème désordonné suivant puissancexxxxx les préceptes d’écriture à partir d’un article de journal (découpez les mots, mélangez-les dans un sac, classez-les dans l’ordre où vous les avez sortis, et voici une œuvre énigmatique et profonde à souhait !)… Éric Caruso, Stéphanie Farison et Marion Verstraeten se livrent à cet exercice de liberté construisant et déconstruisant avec la maestria de l’absurde. Le hasard règnerait en maître dans cette cacophonie foisonnante ? Tout est réglé comme une mécanique d’horlogerie parfaitement huilée en une inventivité sans cesse renouvelée, drôle et burlesque. Le détournement du sens et le chaos pour mieux comprendre… Merveille du hasard que Breton montra « objectif ».

MARYVONNE COLOMBANI
Janvier 2022

Ça Dada a été joué le 16 janvier au GTP, Aix-en-Provence

Photographie :  Ça Dada © Elisabeth Parecchio

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net