La chorégraphe Tânia Carvalho présentait sa dernière création à Klap, à Marseille

Oneironaut, le rêve perturbéVu par Zibeline

La chorégraphe Tânia Carvalho présentait sa dernière création à Klap, à Marseille - Zibeline

Si l’on s’en réfère à l’étymologie d’Oneironaut, la chorégraphe portugaise Tânia Carvalho voulait sans doute naviguer dans ses rêves. Un rêve habité par sept danseurs et danseuses aux genres indécis, créatures grimées comme sorties d’un cabaret interlope. Telle une troupe d’outre-tombe qui répète son prochain ballet, ils répondent rigoureusement au tempo dicté par deux pianistes. L’une est la chorégraphe elle-même, compositrice à l’occasion, aidée par Chopin. L’autre préférant Nina Hagen. Dans une atmosphère obscure, en justaucorps et collants, ils, elles dansent, exprimant parfois le poids du collectif, la contrainte du faire en commun, l’exigence voire intransigeance desquelles relève l’acte même de danser. Le temps de moments de liberté volés, la discipline de groupe laisse libre cours aux individualités, aux élans d’une créativité personnelle. Sinuant entre grâce et folie, les doux monstres alternent les mouvements lents et plus violents. Tout à tour pantins ou fantômes, on ne sait s’ils sortent d’un film d’épouvante ou d’un tableau goyesque. Rêve ou cauchemar ? La danse de Tânia Carvalho semble sortie de ténèbres où il y aurait la lumière. Fixant l’instant même où du chaos renaît l’humanité.
LUDOVIC TOMAS
Février 2020
Photo Oneironaut ©Rui Palma

Oneironaut a été créé le 23 janvier à Klap Maison pour la danse, Marseille

Klap
Maison pour la Danse
5 rue du Petit Versailles
13003 Marseille
04 96 11 11 20
http://www.kelemenis.fr/