Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Onco-coaching

 - Zibeline

L’IMéRA, Institut d’études avancées d’Aix-Marseille Université, invitait le 18 décembre dernier trois personnalités du sport, de la médecine et de la recherche au Théâtre du Gymnase, dans le cadre  des Rendez-vous de demain. Dans la salle étaient présents, outre le public habitué de ces conférences, des patients, remis d’un cancer ou d’une leucémie après être passés dans le service du Professeur Didier Blaise, Chef du département d’onco-hématologie de l’Institut Paoli-Calmettes, et ayant bénéficié du programme Rebond. Un dispositif transdisciplinaire qui a fait appel aux équipes de Pierre Dantin, directeur du Laboratoire Management, Sport, Santé (AMU), ainsi qu’aux talents de coach sportif de Claude Onesta, manager de l’équipe de France de handball.

L’idée peut sembler saugrenue : elle a paru telle au premier abord aux spécialistes du sport, lorsqu’ils ont été sollicités par le médecin. Mais au fil des échanges, on comprend rapidement ce qui a pu motiver une telle expérience, qui s’avère couronnée de succès. L’épreuve de la maladie est terrible, le combat à mener long et difficile. Les patients nouent avec leur praticien une relation de dépendance thérapeutique dont il est difficile de se défaire, même une fois la rémission actée. Le Dr Blaise précise son objectif : « Nous recherchions une rupture. Cesser de prendre les commandes du malade, et les lui rendre, pour qu’il retrouve le contrôle de sa vie, une existence normale ». C’est dans cette démarche d’autonomie que les méthodes éprouvées avec des sportifs de haut niveau se sont révélées utiles. Pour Claude Onesta, « la peur d’échouer amène l’échec par perte d’engagement », ce que Pierre Dantin confirme : « beaucoup sombrent en fin de carrière, si leur moteur était d’exister dans le regard des autres ». Un événement brutal dans la vie des sportifs, qui ne se compare pas bien sûr à l’irruption d’une pathologie mortelle, mais s’affronte en puisant aux mêmes ressources. L’envie de vivre se réveille lorsqu’on fait face. « Pour cela, conclut le chercheur, il faut se découvrir, prendre conscience de son rapport à l’échec, de ses peurs, de ses ressorts intimes ».

GAËLLE CLOAREC
Janvier 2018

La conférence Sport, santé et performance. Apprendre à guérir ? a été donnée le 18 décembre au théâtre du Gymnase, Marseille, dans le cadre des Rendez-vous de demain.

Photo : Pr Didier BLAISE -c- IPC