Vu par Zibeline

Retour sur Des hommes en devenir, texte bouleversant et étrangement consolant

Ô vous frères humains

Retour sur Des hommes en devenir, texte bouleversant et étrangement consolant - Zibeline

C’est à un superbe spectacle qu’on a assisté sur le grand plateau de La Criée. Un de ces spectacles qui restent ancrés longtemps dans la mémoire et dans les sens. Ils sont poignants, ces six « hommes en devenir » qu’Emmanuel Meirieu donne à voir, et surtout à entendre, avec une force, une justesse qui prennent aux tripes. Adaptant le recueil de nouvelles éponymes du prometteur romancier texan Bruce Machard, Meirieu poursuit son travail de mise en scène d’œuvres romanesques contemporaines ; et il fait bien, car il y réussit brillamment. Selon un dispositif épuré qui va à l’essentiel, la parole.

Côté cour, le cadavre d’un chien écrasé (car, après tout, ces histoires qui vont être dites pourraient figurer dans la rubrique du même nom, voire entrer dans la sélection d’histoires vraies du Reader’s Digest) ; côté jardin, un micro devant lequel défileront tour à tour Ray, Dean, Tom et les autres ; pour dire, chanter ou mimer « la faille en eux » ; à l’avant-scène, un écran à peine perceptible sur lequel les gros plans de leurs visages seront (parfois) projetés. Ajoutées à cela une bande-son puissante et des lumières, des fumées, qui s’étirent dans les lointains comme autant de signaux dans la nuit.

Et voilà, c’est parti pour une heure et demie de récits, tous plus atroces les uns que les autres –et pourtant si ordinaires, si envisageables-, que la densité du jeu des comédiens rend plus terribles encore et qu’on reçoit en pleine figure. Un fils, un fœtus, une fiancée, une femme, un chien, perdus ; et tous les deuils anciens qui viennent ricocher sur le plus récent. Pourtant lorsque le dernier des ces « hommes en devenir » s’avance, lorsque tombe l’écran, plus rien ne nous sépare de ces humains « pas beaux à voir » qui nous ressemblent.

« En devenir », d’ailleurs, pourquoi ? Sans doute parce qu’« être un homme accompli, c’est faire en permanence l’expérience du manque. » C’est ce qu’ils nous disent, ces hommes souffrants qui persistent à vivre. Alors on émerge de leurs cauchemars, de leurs paroles douloureuses et terrifiantes. Bouleversé. Et étrangement consolé.

FRED ROBERT
Janvier 2018

Des hommes en devenir a été représenté du 8 au 10 novembre à La Criée, Marseille, et les 17 et 18 novembre à Châteauvallon – scène nationale, Ollioules

Les romans et nouvelles de Bruce Machard sont publiées aux éditions Gallmeister

Photo © P. Gely

 


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/