Cathy Heiting au Festival Durance Luberon

Nunc est bibendum !Vu par Zibeline

Cathy Heiting au Festival Durance Luberon - Zibeline

Truculence au programme ce soir-là au Festival Durance Luberon sous le majestueux grand chêne du XVIIème siècle de Grambois : Cathy Heiting, toujours aussi inclassable et talentueuse, proposait un spectacle original conjuguant deux de ses passions, le jazz et le vin (expérience d’une première vie avec un DESS de stratégie du développement rural et marketing des industries agro-alimentaires, assorti d’une spécialisation dans le domaine du vin) : Jazz and Wine Stories, accompagnée de ses deux complices, Wim Welker à la guitare et Catherine Sparta dans le rôle de récitante. Cette dernière affublée du nom d’Aphrodite, fille cachée de Dionysos, vanta cépages et terroirs invitant aux dégustations où les robes des fruits de la vigne se parent de notes fruitées, disputant la noisette, le café torréfié et la mûre… le public est convié à participer, quizz, boissons à humer, goûter. Entre temps (c’est cet « entre-temps » qui est douloureusement lourd et rompt trop le cours du spectacle), il aura connu les bonheurs musicaux interprétés par les deux musiciens. Voici Sarah Vaughan, Chet Becker, Nina Simone, dont les compositions se mêlent en un tissage potache où leurs amours fictives et leurs séjours amplement arrosés en Provence et dans le Luberon offrent une trame cocasse où la verve de Cathy Heiting excelle. Les solos de la guitare savent dessiner de subtiles introductions et de beaux moments d’improvisation, tandis que la voix de la chanteuse se coule avec délices dans le flux mélodique, où naissent avec aisance swing, scat, envols… L’assistance est invitée à reprendre des passages en chœur, à imiter les cigales, dans une bonne humeur communicative. Sans doute la partie musicale semble trop courte, et nous laisse sur notre faim : on s’attendait à ce qu’elle constitue l’essentiel de la soirée. Ce sont les performances déjantées, la vivacité des interprétations qui nous séduisent. Reste le plaisir d’une douce soirée d’été dans l’ombre d’un arbre plusieurs fois centenaire, renouant en une joie complice avec le partage d’une manifestation artistique.

MARYVONNE COLOMBANI
Août 2020

Le 16 août, espace du Grand Chêne, Grambois, dans le cadre du 23ème Festival Durance Luberon.

Photographie : Wim Welker & Cathy Heiting © Bertrand Périsson