Vu par Zibeline

Les Nuits blanches du facteur, superbe film d’Andreï Kontchalovski

Nuits blanches

• 8 mars 2016⇒15 mars 2016 •
Les Nuits blanches du facteur, superbe film d’Andreï Kontchalovski - Zibeline

Parmi les films présentés aux Rencontres Cinématographiques de Salon, le dernier film d’Andreï Kontchalovski, Les Nuits blanches du facteur, qui lui a été inspiré par un article consacré aux facteurs dans les provinces de Russie, pointant l’abandon des habitants de villages très éloignés des villes.

Un film contemplatif où l’on vit au rythme du bateau à moteur d’un facteur solitaire, seul lien avec le monde extérieur qu’ont les habitants de ce village isolé, au bord du lac Kenozero. Car Aleksey Tryapitsyn, Lyokha , n’apporte pas que les lettres -devenues rares- mais aussi les pensions, le pain, les médicaments, les ampoules électriques… Il s’occupe aussi de Timur (Timur Bondarenko) le fils de son amie Irina (Irina Ermolova), dont il est amoureux depuis l’enfance. Une des plus belles séquences est celle où il emmène l’enfant en bateau sur une rivière serpentant au milieu d’un dense sous-bois pour voir la sorcière aquatique Kikimora qui, lui dit-il, vole les enfants. Le garçon, d’abord incrédule, fond en larmes, saisi de terreur, tant l’atmosphère devient étrange et le spectateur lui aussi est embarqué : un moment magique ! Tout comme ce chat gris que voit régulièrement Lyokha, qui le regarde dans les yeux et qui n’existe que pour lui.

Cette vie semble immuable pour tous les villageois dont certains boivent pour oublier. Quoi ? La vie peut-être ?« J’ai du vague à l’âme. Tout le temps. Ça s’en va quand je suis saoul. Ça va mieux quand je bosse. Et encore. Avec l’âge, tout paraît gris. » confie l’un d’entre eux à ce facteur, confident des âmes. Tout semble immuable jusqu’au jour où Lyokha découvre que le moteur de son bateau a disparu… dès lors, tout n’est plus pareil.

Une chance que de pouvoir découvrir aux Rencontres Cinématographiques de Salon ce film plein de poésie, aux images superbes, aux personnages attachants, interprétés pour la plupart par des comédiens amateurs :

 « J’ai tourné ce film dans la région d’Arkhangelsk, au nord de Moscou, précise Andreï Kontchalovski, Je ne cherchais pas de beaux paysages, j’ai filmé là où habitait le personnage principal. Le facteur Aleksey Tryapitsyin existe réellement. Il porte aux habitants du pain, des lettres, des avis d’imposition, des pensions et des ampoules électriques. En fait, il leur apporte la vie. Tous les personnages sont des gens réels, qui vivent dans un coin perdu de la région d’Arkhangelsk… Jusqu’au tournage, je ne les avais jamais rencontrés. »

Les Nuits blanches du facteur, qui a obtenu le Lion d’Argent à la Mostra de Venise 2014 est de nouveau programmé au Cinéma Les Arcades lundi 14 mars à 18h30 ; Ne le ratez pas !

Les Rencontres Cinématographiques de Salon se déroulent du 8 au 15 mars 2016

ANNIE GAVA
Mars 2016

Photo © ASC distribution


Cinéma Les Arcades
Place Gambetta
13300 Salon-de-Provence
04 90 53 65 06
www.salondeprovence.fr


Les Rencontres Cinématographiques
Maison de la Vie Associative
55 rue André Marie Ampère
13300 Salon de Provence
04 90 17 44 97
www.rencontres-cinesalon.org