Karine Deshayes et Delphine Haidan célèbrent leur complicité avec Deux mezzos sinon rien

Nous les BellesVu par Zibeline

Le très beau disque des deux mezzos s’ouvre sur quatre duos injustement méconnus de Brahms, aux textes éloquents : « Nous les deux sœurs, nous les belles, si pareilles de visage, pareilles comme deux œufs, pareilles comme deux étoiles » / « Wir Schwestern zwei, wir schönen, So gleich von Angesicht, So gleicht kein Ei dem andern, kein Stern dem andern nicht. ». Pétri de symétries, construit sur une homorythmie parfaite et sur une réjouissante ambiguïté tonale, le Lied donne déjà à entendre la complémentarité de deux timbres jumeaux. Celui de Karine Deshayes, [...]

Cet article est reservé aux abonnés


Vous n'êtes pas abonné ? Pour lire le contenu premium de Zibeline :

Abonnez-vous



Déjà abonné ? Connectez-vous