Succès très mérité pour les 7è Rencontres du cinéma européen à Marseille

Nous les avons tant aimés !Vu par Zibeline

• 22 janvier 2016⇒30 janvier 2016 •
Succès très mérité pour les 7è Rencontres du cinéma européen à Marseille - Zibeline

Réalisme critique et fable politique

Il a fallu refuser du monde le 22 janvier à l’Alcazar où Jeanne Baumberger accueillait Michel Ciment, directeur de la revue Positif, lors de l’ouverture des 7èmes rencontres du cinéma européen organisées par Cinépage, dédiées cette année au cinéma italien «civile e di denuncia». Et cette affluence ne devait jamais faiblir durant toute la semaine. Ce jour-là était projeté Main basse sur la ville de Francesco Rosi dont le réalisme critique fait toujours mouche. Réalisme né de la vision des rues miséreuses de Naples et de l’emploi de comédiens non-professionnels associés ici à l’acteur américain Rod Steiger, étonnant en entrepreneur immobilier napolitain. Critique dans la façon dont la narration met à jour les mécanismes par lesquels les politiques se vendent au marché, le discours de l’onctueux démocrate-chrétien De Angelis, si bien nommé, pour qui l’indignation morale ne sert à rien en politique, éveillant bien des échos ! Le cinéma Les Variétés projetait ensuite Viva la libertà de Roberto Andò. Qu’il ait été l’assistant de Rosi ne suffit pas pour assurer la confrontation des deux films. Viva la libertà de 2013 parle d’un pays qui vit au bord de l’abîme et dont la plupart des politiques ont perdu tout sens moral. Il faut retrouver une certaine candeur ou admettre les conventions du genre pour entrer dans cette fable où un leader de l’opposition s’évanouit dans la nature pour être remplacé par son jumeau, un philosophe excentrique qui sort d’un internement psychiatrique mais parle vrai. Porté par l’impeccable Toni Servillo, ce film, telle une bulle d’optimisme, s’inquiète des dérives et montre le cap. Les images d’un Federico Fellini vitupérant contre les coups portés à l’expression culturelle, rappelle que Roberto Andò fut son assistant sur E la nave va.

Polars et comédies : entre amertume et rire

Après un passage par le Vidéodrome, Cinépage avait invité, le 29 janvier, Jean Gili, critique à Positif, créateur du Festival d’Annecy. Sa petite conférence à bâtons rompus, historisante et volontiers digressive, a développé l’assertion du directeur de la Cinémathèque de Bologne, Gianlucca Farinelli : «L’Italie a comme une vocation à produire du cinéma citoyen. Cette vocation est apparue après guerre, a connu son zénith dans les années 60-70 et n’a pas dit son dernier mot».  Les dysfonctionnements de la société italienne ont nourri les scenarii de cet âge d’or, de 1960 à 1980, pour produire une quantité de films de qualité, dont quelques chefs d’œuvre qui ont raflé de 71 à 78 les palmes cannoises, servis par des comédiens exceptionnels, auxquels se sont ajoutés de grands acteurs américains ou français, que les tournages sans prise de son directe permettaient d’engager. Le Commissaire de Luigi Comencini sorti en 1962, sans faire partie de ces chefs d’œuvre, a illustré les propos de Gili sur un cinéma utilisant toutes les ressources de la dramaturgie y compris le burlesque, pour montrer le monde tel qu’il va (mal), mettant en scène un génialissime Sordi et procurant au public conquis de l’Institut Culturel Italien, le plaisir d’une satire acidulée et d’une réflexion morale. Autres comédies policières, toujours à l’Institut italien, Un maledetto imbroglio de Pietro Germi, adaptation du roman de Gadda et In nome del popolo italianoDino Risi oppose de manière complexe Vittorio Gassman et Ugo Tognazzi.

Le succès de cette manifestation confirme que le cinéma italien est une valeur sure. Mais ce constat amène aussi à regretter que l’indignation portée par ces films-là résonne encore si fort et si juste avec notre actualité.

ANDRE GILLES et  ELISE PADOVANI
Février 2016

Les 7èmes rencontres du cinéma européen se sont déroulées à Marseille du 22 au 30 janvier 2016

http://www.cinepage.com/

Photo : Un maledetto imbroglio © Carlotta Films

Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/

Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes

Association Cinepage
6 boulevard de la Blancarde
13004 Marseille
04 91 85 07 17
http://www.cinepage.com/

Institut Culturel Italien
6, rue Fernand Pauriol
13392 Marseille Cedex 05
04 91 48 51 94
http://www.iicmarsiglia.esteri.it/IIC_Marsiglia

Vidéodrome 2
49 Cours Julien
13006 Marseille
04 91 42 75 41
http://videodrome2.fr/