Vu par Zibeline

Une inspiration écossaise pour la tournée de l'orchestre Philharmonique du Pays d'Aix...

Notes dans un jardin anglais

• 23 juin 2015⇒12 juillet 2015, 23 juin 2015⇒12 juillet 2015 •
Une inspiration écossaise pour la tournée de l'orchestre Philharmonique du Pays d'Aix... - Zibeline

Avec l’été, comme un rite de passage, revient la tournée de l’Orchestre Philharmonique du Pays d’Aix. Un programme toujours alléchant permet de voyager dans l’univers musical classique. Jacques Chalmeau fidèle à la direction de ce bel ensemble, apporte un éclairage passionné sur les œuvres interprétées, jouant de l’anecdote et de l’histoire de la composition. Le premier concert, comme de coutume s’abrite dans les beaux Jardins d’Albertas, -prêtés comme chaque année par la famille Latil d’Albertas pour les rendez-vous musicaux organisés par la ville de Bouc-Bel-Air et l’active complicité de la CPA-. Parfums de crêpes et de répulsif contre les moustiques. Les familiers, et ils sont nombreux, viennent munis de chaises, de coussins, de couvertures, les enfants jouent, les bébés sourient puis s’endorment doucement bercés par les premiers accords. Ces Carnets de voyages nous conduisent cette année en Écosse avec deux œuvres de Mendelssohn, l’Ouverture Les Hébrides opus 26 et la Symphonie n° 3 en la mineur « Écossaise ». Felix Mendelssohn au cours de ses nombreux voyages ramenait des carnets de souvenirs, d’impressions, notes musicales qui deviendraient le terreau de telle ou telle composition. Thèmes folkloriques, danses populaires, paysages de brumes mélancoliques nourrissent ainsi la Symphonie « Écossaise », multipliant la palette des registres, sans oublier l’évocation du château de Marie Stuart et de son secrétaire, David Rizzio, assassiné par le mari jaloux de la reine. L’orchestre rend les nuances avec justesse conjuguant avec une délicieuse dose d’humour la légèreté des pizzicati des cordes, et la théâtralité des passages solennels, soulignés par les cors. Auparavant, dans l’Ouverture des Hébrides, la « caverne musicale » qu’est la grotte de Fingal (sur l’île de Staffa dans les Hébrides inférieures) avait distillé son charme. Généreux, l’orchestre offre en bis le scherzo du Songe d’une nuit d’été, pétillant de malice et de vivacité. Les occasions de se rafraîchir à la source mendelssohnienne sont encore nombreuses (douze spectacles en comptant les premières représentations) jusqu’au 12 juillet prochain.

MARYVONNE COLOMBANI
Juin 2015

À venir : http://www.lestheatres.net/fr/orchestre-du-pays-aix

Photo : © MyCL