Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Douceur des concerts de 18 heures à La Roque

Notes au vent

Douceur des concerts de 18 heures à La Roque - Zibeline

L’école russe encore à l’honneur sous la conque du parc du château de Florans avec le jeune pianiste Georgy Tchaidze, lauréat du Concours international Honens au Canada en 2009 puis premier prix aussi du 4ème Concours international de piano « Top of the World » en Norvège… Le pianiste proposait un feuilleté schubertien, où des œuvres du maître des lieder s’entrelaçaient à des pièces de Beethoven, Scriabine et Chopin.

Le vent dans les grands arbres du parc accordait à ce concert qui débutait par un air d’adieu une poésie tendre. L’Allegretto en ut mineur D. 915 fut dédié par Schubert à son ami Walch alors qu’il quittait Vienne. Les silences rythment l’œuvre qui prend des airs évanescents dans le jeu de Georgy Tchaidze alors que les bourrasques emportent les notes empreintes d’une délicate nostalgie. La douceur schubertienne se retrouvait au cœur de deux impromptus, comme nés d’une rêverie, le n° 2 en la bémol majeur opus 142, puis, du même opus, le n° 3 en si bémol majeur, qui tient son surnom de Rosamunde de son thème qui repose sur une variation de sa musique de scène éponyme. Le dépouillement de l’incipit de la Sonate n° 30 en mi majeur opus 109 de Beethoven offrait ses pianissimi, la légèreté initiale cherchait une impossible densité et s’évaporait dans le cantabile final. Les Cinq Préludes opus 16 de Scriabine y répondaient avec une exquise finesse. Enfin la Ballade n° 4 en fa mineur opus 52 de Chopin dessinait la dualité irréductible de la tristesse et de la sérénité.

Le répertoire romantique se poursuivait dans les bis avec la Valse-caprice n° 6 de Liszt sur un thème de Schubert et la Valse n° 19 en la mineur opus posthume de Chopin. Tournoiements vagues qu’emporte le vent…

MARYVONNE COLOMBANI
Août 2019

Concert donné le 13 août, parc du Château de Florans, dans le cadre du Festival de La Roque d’Anthéron.

Photographie © Christophe GREMIOT