Concerts d’hiver de l’Espace Culturel de Chaillol avec le Quatuor Bonelli

Noël à la montagneVu par Zibeline

• 30 janvier 2020⇒2 février 2020, 30 janvier 2020⇒2 février 2020 •
Concerts d’hiver de l’Espace Culturel de Chaillol avec le Quatuor Bonelli - Zibeline

Hétéroclite et superbe programme que celui proposé lors de la toute nouvelle formule des concerts d’hiver de l’Espace Culturel de Chaillol.

Le tout jeune ensemble vocal Quatuor Bonelli (Fanny Soyer soprano, Marion Verges-Pascal mezzo-soprano, Marco Van Baaren ténor et Adrien Fournaison baryton-basse) reprend quelques pièces de son premier CD, En Vol, et les englobe dans un corpus plus ample avec une espiègle maestria. Se refusant à la forme statique traditionnelle, les quatre complices naviguent dans la nef de l’église de Saint Laurent-Du-Cros, les voici à la porte, qui entonnent Jul jul Stralande jul de Gustav Nordqvist, puis derrière les spectateurs pour Locus iste d’Anton Bruckner. Le son enveloppe l’auditoire de ses vastes nappes pailletées, la magie s’installe et, face au public enfin, naissent des pièces de Palestrina puis de Tomas Luis de Vittoria. On les quitte pour le sublime Salve Regina de Francis Poulenc, Dieu qu’il a fait bon de regarder de Debussy où se tissent avec une subtile élégance les fils de la mélodie, ou encore l’étonnant Notre Père de Duruflé. On aimerait énumérer toutes les pépites de ce spectacle, Die Harmonie in der Ehe de Haydn, « wunderbar ! », The evening primerose de Britten suivi d’un silence recueilli, La Romance du soir de Saint-Saëns, que l’on écouterait « jusqu’au matin », des œuvres de Sullivan, de Peterson-Berger, le Chant de la terre (traditionnel finnois) aux accents venus du bout du monde… Temps suspendu au cours duquel les voix, placées, éloquentes, rondes, larges et aériennes, nous ont conduit du sublime au rire, ont composé une guirlande de tableautins vivement brossés. Mention particulière aux gospels qui ont mérité mises en scène, élans potaches, danse, mime, humour ; ainsi, un inénarrable Down to the river to Pray pour une partie de pêche mémorable (quelle mise en abîme !). Un cocasse « petit hommage (controversé) à la SNCF » est accordé en bis jubilatoire : Plenty good room on the glory train. Les éclats de la soprano, les mimiques expressives, une évidente complicité, accordent une fraîcheur délicieuse à ce jeune groupe bourré de talent.

MARYVONNE COLOMBANI
Décembre 2019

Photo Quatuor Bonelli © Sandrine Pauget

Concert donné le 7 décembre à l’église de Saint-Laurent-du-Cros

À venir:

Week-ends musicaux de Chaillol
Quatuor de saxophones
30 janvier au 2 février
09 82 20 10 39 festivaldechaillol.com