« Ma vie avec Apollinaire » de François Sureau est paru aux Éditions Gallimard

N’est pas Stefan Zweig qui veut !Lu par Zibeline

« Ma vie avec Apollinaire » de François Sureau est paru aux Éditions Gallimard - Zibeline

Les éditions Gallimard viennent de créer une nouvelle collection « Ma vie avec » dont les principes reposent sur des liens intimes, amicaux, tissés entre auteurs, politiques, ou scientifiques et des poètes, philosophes, écrivains reconnus.
François Sureau et Guillaume Apollinaire inaugurent ce dispositif. L’avocat, haut-fonctionnaire, à l’occasion du grand confinement du printemps 2020 revient sur son « ami » Apollinaire qu’il nomme souvent de manière quelque peu ridicule, Guillaume, lui qui s’appelait Wilhelm. Si dans l’histoire de la littérature, la confrontation, le dialogue entre deux œuvres ont fait sens, c’est d’abord parce que les deux voix en présence étaient puissantes. Pensons à Stefan Zweig et à son Montaigne.
Ici, un plumitif mondain, François Sureau, de manière désuète, nous relate l’existence du poète, jouant sur des similitudes (auto)biographiques avec sa propre vie : Sureau se marie au même âge qu’Apollinaire par exemple ou bien il l’imite, adolescent en fumant le même tabac que lui. Il tente de retrouver les vestiges du Port-Aviation de Zone.
Ce qui irrite dans cette démarche, c’est l’inadéquation entre Apollinaire, poète de l’Avant-Garde du tout début du XXe siècle et François Sureau, auteur qui rédige à la manière du passé.
Pour aimer Apollinaire, il faut être lecteur et non pas biographe. Il faut se battre avec ses beaux mystères textuels. Revenir aussi à Michel Decaudin.
Ainsi peut-on espérer que les «  duos » prochains de cette collection sonneront plus juste et plus fort.

MARIE DU CREST
Février 2021

Ma vie avec Apollinaire
François Sureau
Éditions Gallimard, 16 €