Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Retour sur L'Autre Proust, ou l'œuvre du grand romancier vue au prisme musical

Nature morte au porto

Retour sur L'Autre Proust, ou l'œuvre du grand romancier vue au prisme musical - Zibeline

Un piano, une carafe, quelques grappes de raisin sur un guéridon… Le décor est posé. Que reste-t-il de L’Autre Proust après que le pianiste Vincent Leterme et l’actrice Farida Rahouadj ont révélé la musicalité des textes de Marcel Proust en écho avec son époque ? Une odeur de naphtaline car  tout y est figé. Le principe du théâtre musical devrait mettre en avant la forme théâtrale, là elle se résume à une chaise sur laquelle revient inlassablement l’actrice, statique dans sa posture, se limitant à un jeu de mains mouliné et à une interprétation mimétique des textes choisis.

La musique, en revanche, tient sa juste place dans l’interaction des textes avec les chansons et s’offre de belles envolées solitaires. Néanmoins cette belle construction souffre d’un manque de rythme. Dommage quand on sait que Proust plaçait la musique au-dessus de toutes les formes d’art… Au vu du rapport de proximité entre le plateau et le gradin dans la salle Fanny Ardant du Théâtre Liberté, la sonorisation du piano et de la voix était-elle nécessaire ? Cajoleuse, gouailleuse, minaudière, la voix seule serait parvenue sans encombre à l’oreille du public, même pendant « la pause », lorsqu’elle se fait racoleuse avec œillades appuyées.

Clairement, Vincent Leterme et Farida Rahouadj ont opté pour la forme cabaret mais sans aller jusqu’au bout de leur choix, nous laissant à distance de l’esprit de la Belle époque et des chansonniers Mayol, Mistinguett ou Scotto tant admirés de Proust. Certains textes résonnent en nous grandement, comme la fameuse scène de la madeleine dans Du côté de chez Swann qui offre à l’actrice l’occasion d’une superbe performance théâtrale. Son jeu de rôles pour raconter la « guéguerre » qui opposait à l’époque les écoles et les styles, les pro Chopin, les pro Debussy et les pro Wagner, était proprement jouissif.

MARIE GODFRIN ET JULES GUIDICELLI
Janvier 2018

L’Autre Proust a été donné les 19, 20 et 21 décembre au Liberté – scène nationale de Toulon

Photo : Farida Rahouadj et Vincent Leterme © Feriel Boushaki


Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr