Vu par Zibeline

Soirée symphonique à l'Opéra de Toulon le 15 septembre

Musiques à programme

Soirée symphonique à l'Opéra de Toulon le 15 septembre  - Zibeline

Pour son concert de rentrée, l’Opéra de Toulon accueillait en ouverture de saison une soirée symphonique de premier plan avec en tête d’affiche le violoncelliste Gautier Capuçon épaulé par le brillant chef David Wroe. Forts d’un programme conséquent et cohérent dans son esthétique, les interprètes ont offert aux auditeurs varois un moment musical des plus exquis. Dans la Suite Much Ado About Nothing tirée de la musique de scène pour la comédie de Shakespeare, le prodigieux Korngold montrait déjà une prédilection pour l’orchestration avec une variété de timbres éloquente, mais aussi pour l’accompagnement d’images avec une écriture où l’orchestre brillait d’une sonorité très cinématographique.

Chauffés par cette partition « hollywoodienne » avant l’heure, les musiciens de l’orchestre ont ensuite mis sur orbite le soliste de l’étape dans deux partitions singulières de Tchaïkovski : aux techniques et virtuoses Variations sur un Thème Rococo se substituait le lyrisme émouvant de l’Andante Cantabile pour violoncelle et orchestre à cordes. Dans les deux, le soliste s’est révélé impérial : musicalité sans faille dans la maîtrise du phrasé et des dynamiques, technique au service de la musique avant tout. Le public est resté médusé devant tant de brio, presque en apnée face à de tels abysses poétiques salués in fine d’un bis très joueur. La deuxième partie célébrait ensuite les très beaux Chants de la Montagne et des Prairies Mari du russe Andreï Eschpaï.

Cette musique à programme néoclassique et tonale, créée en 1983, s’aventurait parfois sur le chemin de la modalité, ouvertement inspirée du folklore éponyme dans son essence mélodique, et suscitait l’émotion via l’exotisme d’une tradition musicale qui nous est peu familière. Enfin, dans la Symphonie n°1 en ré majeur op.25, Prokofiev utilisait quant à lui un langage ouvertement « classique » dans sa filiation. Par sa lecture en forme de pastiche, presque humoristique dans le « Finale », soulignant avec exhubérance une orchestration pleine de contrastes et de rebondissements, l’interprétation évoquait la bande-son d’un dessin animé de Tex Avery. L’orchestre survolté, l’énergie communicative et la direction assurée du chef ont fait le reste et convaincu un public enthousiasmé par cette belle rentrée.

ÉMILIEN MOREAU
Septembre 2018

Le concert Virtuose a eu lieu à l’Opéra de Toulon le 15 septembre.

Photo : Gautier Capuçon © Gregory Batardon


Opéra de Toulon
Boulevard de Strasbourg
83000 Toulon
04 94 92 70 78
04 94 93 03 76
www.operadetoulon.fr