Vu par Zibeline

Judith Jauregui subjugue le Festival Présences féminines de Toulon

Musique d’abord

Judith Jauregui subjugue le Festival Présences féminines de Toulon  - Zibeline

À l’invitation du Festival Présences féminines, la pianiste espagnole Judith Jauregui qui avait déjà enchanté en 2018 la 3ème nuit du piano par son jeu impressionnant dans la musique de Debussy, est revenue habiller de sons le Musée National de la Marine de Toulon. Au programme, uniquement des compositrices féminines dans des œuvres choisies par l’interprète et judicieusement introduites par la musicologue et médiatrice de la musique Camille Villanove. Dans les Trois Romances op.21 et les Variations sur un thème de Robert Schumann op.20, Clara Schumann connue pour ses talents de virtuose écrivait aussi à  34 ans des miniatures singulières déclarant au sujet de ses compositions “On ne vit que pour l’oubli de soi, rien que pour des sons”: ces pièces montraient toute une palette expressive allant d’un caractère méditatif à une virtuosité bavarde en passant par de la coquetterie  mutine ou une profonde mélancolie, signes d’un attachement profond à l’écriture. Compositrice plus tardive, Luisa Adolpha Le Beau (1850-1927) n’eut pas la chance de voir tout son répertoire édité car même si elle fut une brillante concertiste elle aussi, sa formation n’était pas jugée académique. Sa fréquentation du répertoire lui permit néanmoins de composer  avec une singularité particulière à l’image des Huit préludes op.12, d’une poésie rare et distillée avec une profondeur éloquente. L’américaine Amy Beach (1867-1944), également interprète surdouée fut surnommée par ses pairs compositeurs “One of the boys”. Ironie  ou provocation, pour la première compositrice américaine, écrire n’avait rien d’un jeu à en juger par la science et l’inspiration de ses Four sketches opus 15 de jeunesse que n’auraient reniés aucun de ses contemporains. Dans une filiation qui la rapprocherait de Bartok et ses Microscosmos et de Debussy et son Children’s Corner, la compositrice Russe Sofia Goubaïdoulina (1931) a écrit Musical Toys: cette pièce n’ayant d’un jouet que le nom révèle en réalité une grande maîtrise de la musique qu’elle soit savante ou populaire, mais aussi de son histoire. L’interprète a su rendre grâce à cette délicieuse “plaisanterie” pour initiés avec une technique impressionnante. Pour clôturer la soirée, elle avait décidé de dédier aux “jeunes filles d’aujourd’hui”  Jeunes Filles au Jardin de Federico Mompou et Pagodes de Debussy ( extrait d’Estampes), deux bis somptueux, en précisant au passage qu’il n’y avait pas de différence qualitative entre toutes ces œuvres qui n’étaient finalement que de la “belle musique”. Saluons ici son audace et surtout son talent.

EMILIEN MOREAU
Mars 2019

Ce concert a été donné le Samedi 9 Mars à 20h au Musée de la Marine de Toulon.

Photographie : Judith Jauregui © X-D.R