Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Spectacle partenaireVu par Zibeline

Le Chevalier déconcertant, un récit en musique joué par l'ensemble Télémaque lors du festival « Grandes musiques pour petites oreilles » du 4 au 11 février !

Münchhausen au collège !

• 4 février 2016⇒11 février 2016, 5 février 2016, 19 mai 2016 •
Le Chevalier déconcertant, un récit en musique joué par l'ensemble Télémaque lors du festival « Grandes musiques pour petites oreilles » du 4 au 11 février !  - Zibeline

Vendredi 5 février. Les gradins du bel auditorium des Archives et Bibliothèque départementales Gaston Defferre sont garnis d’une jeunesse impatiente de découvrir Le Chevalier déconcertant, un spectacle musical inspiré des aventures du Baron de Münchhausen, héros chevaleresque et historique de la littérature allemande (Rudolph Erich Raspe) ayant donné lieu à de nombreuses adaptations cinématographiques filant de Méliès à Terry Gilliam…

Baron MunchhausenLe légendaire et populaire affabulateur, « baron de Crac » (un « mytho » quoi!), espèce de Tartarin/Cyrano/Don Quichotte qui aurait voyagé dans la Lune sur un boulet de canon ou dansé avec Vénus, a inspiré le tandem Charles-Eric Petit et Raoul Lay (livret et musique) pour une transposition contemporaine du récit dans un univers de collégiens. Sept représentations étaient à l’affiche du 4 au 11 février sur différents sites de Marseille, dans le cadre du tout nouveau et unique « Festival de musique contemporaine destiné à la jeunesse » initié par l’ensemble Télémaque.

Dès l’entrée (en courant !) du sextuor de musiciens, dirigé du piano par Raoul Lay, puis celle énergique et farfelue de la comédienne Agnès Audiffren (en frac et bottes XVIIIème, perruque de Cruella), le ton est donné, haletant, palpitant, fourmillant d’idées, de jeux de mots et de notes ! A peine a-t-on le temps d’entrer dans le souffle du jeune Rudolph et de son gang burlesque, Wolf, Bolto, Flynt, Owen (autant de personnages de cour de récré caricaturés avec virtuosité par l’actrice transformiste, à mille voix et masques funambules) que  le jeune public est captivé par un récit dans lequel il peut se reconnaître. Car Rudolph est une tête de turc, de ces rêveurs forcément « boucs émissaires » à l’école ! Lui, épris de plume et de littérature, grâce à l’art du verbe (voire du rap) à son imaginaire et une solidarité humaniste, résiste à la cruauté, au harcèlement (un sujet d’actualité !), de la plus belle des manières : la culture, si souvent décriée, méprisée ou attaquée, triomphe ici de la bestialité !

Chevalier déconcertant 2 © Stéphanie TétuLa parabole, profonde, mise en forme (et en scène par Olivier Pauls) est cependant présentée sur un mode léger, ludique, mais qui n’infantilise pas pour autant. Bourré de références (oui « culturelles »!), le texte excite les neurones et peut-être appréhendé par chacun, enfant (dès 8/9 ans) ou adulte, selon son propre degré de « lecture ». La musique, foisonnante, décrit, figure, rebondit, chuinte et bruite, chante et enchante, pulse et explose… s’adapte à chaque situation et personnage, à l’image des célèbres contes musicaux de l’histoire de la musique, dont Raoul Lay et Télémaque renouvellent régulièrement le genre (La mort marraine, La jeune fille aux mains d’argent…). Le langage est moderne et accessible… et si la trompette (Gérard Occello), la clarinette (Linda Amrani), la flûte (Charlotte Campana), l’accordéon (Solange Baron), les percussions (Christian Bini) et le piano (Raoul Lay), de concert, déconcertent fugacement, c’est pour mieux rendre compte du conte, de sa fantaisie onirique !

De fait, les jeunes ont la banane et la patate, arborent un smiley au sortir du spectacle. On a même entendu dire que certains participeraient à la reprise de ce Chevalier déconcertant, le 19 mai à L’Alhambra pour une représentation en « ciné-concert » avec des chœurs d’enfants ajoutés et une projection du film de Méliès. A ne pas manquer !

JACQUES FRESCHELChevalier déconcertant crédit photo  © Stéphanie Tétu

Février 2016

Photos © Stéphanie Tétu

Le Chevalier déconcertant sera de nouveau représenté, le 19 mai à L’Alhambra (« ciné-concert » + chœurs d’enfants  et film de Méliès)


Alhambra
2 rue du Cinéma
13016 Marseille
04 91 46 02 83
http://www.alhambracine.com/


Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône
20 rue Mirès
13 003 Marseille
04 13 31 82 00
http://www.biblio13.fr