Mouvements testamentairesVu par Zibeline

 - Zibeline

La collusion entre la réalité et le théâtre n’a jamais été aussi forte que ce soir où, à La Criée, la pièce de Michael Disanka, Sept mouvements Congo, ne put se jouer normalement, deux artistes sur cinq seulement ayant reçu leur visa pour entrer dans l’espace Schengen ! Ensemble ils relevèrent le défi de jouer l’intégralité du spectacle et offrirent une performance d’une intensité affolante qui balaya l’absence, comme pour conjurer le sort. En sept mouvements testamentaires joués, dansés ou chantés, ils firent entendre haut et fort le texte imagé et percutant écrit par Michael Disanka sur la dictature et la démocratie, la révolution et l’espoir, la trahison et la fraternité, dans un melting-pot de langues : lingala, français, kikongo, swahili. Allusions et illusions s’entrechoquèrent brutalement quand il s’est agi d’évoquer le pouvoir, l’argent, la corruption, la puissance, la peur, la famine, la culpabilité qui rongent toujours la nation… Acte de résistance face à l’Histoire oublieuse, la pièce appelle à une prise de conscience collective pour construire le futur de la nation congolaise.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juillet 2021

Sept mouvements Congo a été joué les 30 juin et 1er juillet, à La Criée, dans le cadre du Festival de Marseille

Photo 7 Mouvements Congo, Michael Disanka © Pierre Gondard