Derniers feux à La Roque d'Anthéron : le « Concert des professeurs des ensemble en résidence »

Montrer l’exempleVu par Zibeline

• 13 août 2016 •
Derniers feux à La Roque d'Anthéron : le « Concert des professeurs des ensemble en résidence » - Zibeline

A La Roque d’Anthéron, on apprécie le traditionnel « Concert des professeurs des ensembles en résidence ». Une fois encore, il fait recette à 18h (les récitals, à cet horaire, offrent des tarifs doux et une gratuité aux moins de 16 ans pour une entrée achetée **!). Cette année encore, de jeunes formations (duos et trios), ont suivi l’enseignement de maîtres, tout en proposant des concerts gratuits sur « La route de la Durance aux Alpilles » (il se produiront le 15 août, tous ensemble, sur la grande scène du Parc de Florans à 20h).

Les professeurs, donc (sans Yovan Markovitch qu’on retrouvera le 15 août), concoctent le 13 août, en bout de « résidence », une proposition artistique festive et variée qui enlumine la fin d’après-midi, lorsque l’immense conque acoustique, encore sous la lumière du jour, voit doucement décliner le soleil derrière la hauteur des grands arbres du Parc du Château de Florans. C’est au son des cigales, rythmant de leur « tss tss tss… » l’Allegro du Trio n°43 en ut majeur de Haydn, qu’on a débuté avec le Trio Wanderer, fameuse formation française qui s’affiche partout dans le monde depuis bientôt trente ans… et ses premiers pas en « résidence » à … La Roque d’Anthéron !

ProfesseursRésidences_Maud Delaflotte_130816_01

Dans leur jardin routinier avec le père de la sonate classique, on vagabonde en leur compagnie, au gré de la pérenne placidité violonistique de Jean-Marc Philips Varjabédian, du cello « serioso » de Raphaël Pidoux et du piano perlé et volontiers joueur (virtuose Presto !) de Vincent Coq. On retrouve ensuite le violoncelliste dans le Lento du Quatuor pour piano et cordes en mi bémol op.87 de Dvorak, développant un beau chant, repris bientôt par le violon souverain d’Olivier Charlier, alors que Christian Ivaldi, en fin chambriste, fait sonner les contre chants du piano avec une délicate clarté. A l’alto, Lise Berthaud, talentueuse benjamine du « corps professoral », en garde sous l’archet pour, plus tard, faire sonner ses cordes suaves et profondes, dessiner une ligne mélodique sensuelle dans l’Adagio et l’Allegro de l’Op.70 de Schumann… où elle se trouve favorablement secondée par le jeu tout en souplesse de Claire Désert au clavier.

ProfesseursRésidences_Maud Delaflotte_130816_07

Plus orchestrale est la transcription pour deux pianos et huit mains de la 4è Symphonie « Italienne » de Mendelssohn ! Les phalanges d’Emmanuel Strosser s’agrègent à celles de ses compères pianistes, pour la course du Presto final, dont le rythme ternaire rebondissant sur une note répétitive est si délicat à mettre en place à… quarante doigts ! On conclut par le Finale du Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur op.44 de Schumann espèce de bouquet classique avec ses départs fugués en guise de couronnement… pour un concert-plaisir offert en toute simplicité !ProfesseursRésidences_Maud Delaflotte_130816_10

JACQUES FRESCHEL
Août 2016

Festival International de Piano – La Roque d’Anthéron jusqu’au 18 août.

…avec encore, outre la « Soirée des ensembles en résidence » (15 août), les venues attendues de « stars » dans des grands concertos avec orchestre : Renaud Capuçon et Kathia Buniatishvili dans Mendelssohn et son Concerto pour violon piano et orchestre à cordes (16 août), Nicholas Angelich (voir https://www.journalzibeline.fr//critique/selevent-dans-lair-du-soir) dans le 3ème Concerto de Rachmaninov (17 août) et Boris Berezovsky (voir www.journalzibeline.fr/critique/lartiste-expose) pour le Concerto de Grieg (18 août).

… et rien n’empêche aussi de venir découvrir le jeune Antoine de Grolée, le 16 août à 18h !

www.festival-piano.com

Photos © Maud Delaflotte