Vu par Zibeline

La danseuse Rocío Molina a ouvert le 27e Festival Flamenco au Théâtre Bernadette Lafont de Nîmes

Molína mouline

La danseuse Rocío Molina a ouvert le 27e Festival Flamenco au Théâtre Bernadette Lafont de Nîmes - Zibeline

Après un rock tonitruant exécuté par les quatre hommes qui l’accompagnent, Rocío Molina arrive sur scène, dans un silence épais qui imprègne chacun de ses gestes. Sa robe blanche et froufroutante souligne la sobriété des mouvements. Les topics flamencos naissent de cette présence immaculée. Des poignets qui vrillent, des palmas lentes et muettes. La danseuse et chorégraphe maintient le public dans l’attente. Elle est l’une des meilleures bailaora d’aujourd’hui, elle entraîne ses spectacles hors du cadre, et il faudra patienter pour vibrer au son des zapateados. La Molina tient tout le monde par le bout du nez.

Quand José Ángel Carmona débute son premier chant a capella, c’est une avalanche de virtuosité qui déferle. Rocío Molina en impose. Pas millimétrés, rythmes si précis qu’ils échappent à l’oreille, on est effarés de tant de perfection. C’est d’ailleurs peut-être pour s’excuser d’être si performante, pour s’échapper de ces codes qu’elle domine si bien, que la chorégraphe pratique un pas de côté, vers une dramaturgie plus théâtrale, plus contemporaine. S’ensuit une série de tableaux plus ou moins convaincants, à la narration lourde. L’interprétation sans faille, morceaux de bravoure en sus, emportent l’ensemble, balayant l’émotion au passage.

ANNA ZISMAN
Mars 2017

Caída del Cielo a été joué les 12 et 13 janvier en ouverture du 27e Festival Flamenco au Théâtre Bernadette Lafont, Nîmes

Photo : Rocio Molina © Jean-Louis Duzert


Théâtre Bernadette Lafont
1 Place de la Calade
30000 Nîmes
04 66 36 65 00
theatredenimes.com