Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Les Fourberies de Scapin à la Criée

Molière populaire !

Les Fourberies de Scapin  à la Criée - Zibeline

Les Fourberies de Scapin sont, on l’oublie souvent, une des dernières pièces de Molière. Hyper maîtrisée, d’une virtuosité comique inégalée, reposant sur le talent des comédiens et comportant des morceaux de bravoure -la scène du sac, la galère, le spadassin, le récit de Zerbinette- périlleux et hilarants. Jamais la mécanique comique classique n’a connu une telle efficacité,  une telle concentration, et cette pièce est sans doute, mine de rien parce qu’on n’y aborde rien de sérieux, la plus grande comédie de notre auteur national.

Denis Podalydès et les acteurs de la Comédie-Française s’en emparent dans cet esprit, ce qui n’est pas rien pour cette maison où les pièces de Molière ont longtemps souffert d’interprétations poussiéreuses, contaminées par la vénération maladive du fauteuil où il mourut. Affirmer l’aspect populaire, cabotin, la vivacité et l’outrance comique de cet auteur statufié est dans sa Maison une petite révolution ! Y faire entrer les préoccupations égalitaires du temps plus encore. La distribution de ces Fourberies est exemplaire : deux comédiens noirs, une femme pour jouer un sbire en souci de parité, font la preuve que la crédibilité d’une prise de rôle ne repose pas sur la couleur de peau ou le genre, et que sur scène un Léandre noir peut être le fils d’un Argante blanc.

Comme il se doit, la pièce doit son succès à un Scapin (Benjamin Lavernhe) éblouissant de cabotinage outrancier ; aux splendides costumes de Christian Lacroix, à la scénographie verticale d’Éric Ruf, qui rappelle que ce lieu de passage où tout se déroule est un port encombré et populaire ; à la technique des comédiens, qu’on entend sans sonorisation jusqu’en haut de la salle. Car, sans effet de vidéo ou de sample, ce Molière-là fait doucement bouger les lignes, en affirmant que ce théâtre est populaire, vivant et drôle, qu’il peut représenter notre diversité actuelle. On en oublie même les insultes aux Turcs, de bonne guerre à une époque où ils dominaient la Méditerranée et occupaient Alger !

AGNÈS FRESCHEL
Octobre 2018

Les Fourberies de Scapin ont été jouées à la Criée, Marseille, du 24 au 28 octobre

Photo : Les fourberies de Scapin ©Christophe Raynaud de Lage