Vu par Zibeline

Les 11èmes Rencontres Films Femmes Méditerranée se sont ouvertes en mystère et beauté

Miracle sur la Mer Noire

• 6 octobre 2016 •
Les 11èmes Rencontres Films Femmes Méditerranée se sont ouvertes en mystère et beauté - Zibeline

Le 6 octobre, les Rencontres Films Femmes Méditerranée se sont ouvertes au cinéma Les Variétés. En prélude à la soirée officielle, on a découvert à 18h, un film de boue, de chair et de prodiges : Le Miracle de Tekir, qui sera à nouveau projeté à Hyères, le 16 octobre.

Dans le delta du Danube, au sud de la Roumanie, près du lac de Techirghiol aux fonds sapropéliques, est née une légende : le miracle de Tekir. Un vieil aveugle et son âne purulent auraient été guéris après un bain involontaire dans la boue bouillonnante, exploitée depuis lors en balnéothérapie.

Ruxandra Zenide qui a quitté la Roumanie à 14 ans pour la Suisse, est revenue au pays natal pour tourner ce bien étrange film sur de bien étranges gens dans ce bien étrange endroit où la nature semble vivante et le temps suspendu, où on croit depuis toujours, malgré le formatage chrétien, au mauvais œil et aux forces chtoniennes. La réalisatrice imagine la rencontre entre Mara, une jeune femme aux pouvoirs de guérisseuse, miraculeusement enceinte du lac dans lequel elle s’est immergée, après y avoir reconnu le visage de son fiancé mort, et Lili, une veuve richissime accompagnée de son gigolo, qui soigne sa stérilité dans un luxueux spa baroque édifié au bord de la Mer Noire. Les rationnels occidentaux que nous sommes se méfient de l’irrationnel, ont du mal à accepter le mystère, l’inexplicable, l’inexpliqué. Mara fantasme-t-elle ? Le prêtre qui l’a sauvée du lynchage villageois est-il amoureux d’elle ? Pourquoi se défroque-t-il ? Pourquoi part-il avec Lili ? Que voit-il dans le dernier plan du film alors qu’il s’apprête à quitter l’hôtel Europa en Ford Mustang rouge avec la belle veuve ? Cette dernière malgré son scepticisme sera-t-elle enceinte ? De qui ? De quoi ?  Mais au fond, qu’importent les réponses qui ne nous seront pas données. Et qu’importent même les questions ! On nage dans le mythe d’une féminité créatrice, d’une terre organique ouvrant son ventre chaud, maternel, effrayant. Gaïa selon les Grecs n’enfanta-t-elle pas à l’origine sans intervention mâle ? Les spectateurs qui n’ont pas posé ces questions au moment de la rencontre l’ont bien compris.

On baigne ici dans ses eaux amniotiques et dans la musique d’Aïsha Devi, plongés dans la lumière du cinéma qui ne doit rien au hasard. Palette des gris, sombres, clairs, ocrés, bleutés, blancs vaporeux, camaïeux des beiges et des verts éteints, le paysage d’une beauté surnaturelle nous rappelle que le miracle n’est pas à comprendre mais à voir. «Ce que nous demandons au cinéma, écrivait Desnos, c’est l’impossible, c’est l’inattendu, le rêve, la surprise, le lyrisme… c’est ce que l’amour et la vie nous refusent, c’est le mystère, c’est le miracle.»

ELISE PADOVANI
Octobre 2016

 


Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes


Association Films Femmes Méditerranée
2 rue Henri Barbusse
13001 Marseille
04 91 31 87 80
http://www.films-femmes-med.org/