Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Cette année, Mimi a quitté le Frioul et s'est ancré à Marseille pour dévoiler ses pépites musicales

Mimi résistant

Vérifier les jours off sur la période
Cette année, Mimi a quitté le Frioul et s'est ancré à Marseille pour dévoiler ses pépites musicales - Zibeline

Mimi a abandonné son île pour se rapatrier sur le continent marseillais, s’ancrer en septembre et dans de nouveaux lieux. Et malgré une baisse considérable de moyens, il persiste à nous étonner.

Si David Guetta et Didier Super avaient eu un fils, ils auraient pu l’appeler Usé. Heureusement pour nos oreilles, Nicolas Belvalette (de son vrai nom) n’a tiré que le meilleur de ses parents imaginaires : la blondeur du premier et l’esprit provocateur du second. Pour la musique, c’est une autre histoire. D’antiques synthés et une batterie avec un nombre de cymbales supérieur à la normale. Entre les deux, une guitare électrique à l’horizontale. Dans une ambiance sonore industrielle post-apocalyptique, torse nu et baguettes bien accrochées, Usé tape sur tout ce qui ne bouge pas, à un rythme frénétique et étourdissant. On craint d’abord pour nos tympans puis on y prend goût. Métal, indus, punk, techno ? Il y a un peu de tout ça. Et des slows aussi. Tout aussi décapants. À l’image de celui qu’il dédie à la police. Une performance chaotique, subversive et réjouissante, qui ouvre le Mimi à l’Embobineuse.

L’États-Unien Mike Ladd, la Sénégalaise Tie et le Britannique Juice Aleem n’avaient encore jamais collaboré ainsi : c’est à travers le prisme de la migration qu’ils créent ensemble Exile All Stars, mix de morceaux anciens et d’improvisations, entre hip-hop et soul. Un attelage efficace et généreux, porté par un souffle poétique et une complicité évidente, qui aurait sans doute mérité un écrin scène plus chaleureux que la Voute Virgo, sous la Major.

Pari réussi pour la soirée à la Cité des Arts de la Rue, avec un public d’environ 900 personnes, curieux et investi. Accueilli par les étranges élucubrations d’Èlg, qui, seul sur scène, déverse une logorrhée de paroles absconses, de boucles distordues et d’effets bruts, fascinants mais à la longue un peu pénibles, il se retrouve devant le stoïque Burnt Friedmann. Avec son acolyte percussionniste iranien Mohammad Reza Mortazavi, l’électronicien allemand élabore un schaffel hypnotisant de rythmes complexes, répétitif et soumis à d’infimes variations de timbres, en une pratique à la fois savante et instinctive, parfois frustrante, parfois enthousiasmante, héritière directe de la techno originelle.

Puis La Colonie de Vacances s’empare des quatre scènes qui lui sont dédiées. Ce super band créé en 2010 comme une zone de dialogue intense entre quatre groupes (Pneu, Electric Electric, Papier Tigre et Marvin) est issu d’une vague de rock radical qui doit autant au hardcore américain qu’au krautrock allemand. D’emblée, le public, placé au centre du dispositif, franchit allègrement le mur du son, submergé par les vagues de guitares, de claviers et de batterie envoyées par les onze musiciens.

Pour clore ce Mimi résistant, retour à l’ambiance underground de l’Embobineuse. Sam Karpienia est de ces artistes issus de la scène régionale qui étonne à chaque nouveau projet. On retrouve dans sa dernière formation De la Crau l’univers si singulier, à la tonalité rock hypnotique, de ce musicien interprète dont le chant en provençal a définitivement marqué l’histoire récente des musiques de création occitane. Si on retrouve l’esprit lancinant et rugueux de Dupain, la présence d’invités réguliers comme la violoniste Pauline Willerval formée aux musiques traditionnelles et surtout Nicolas Dick, explorateurs de sons et cofondateur du groupe noise marseillais, Kill the Thrill, complète avantageusement le trio guitare, contrebasse, percussion. Une œuvre aride comme la plaine de la Crau, avec sa part de sonorités endémiques au cœur d’une steppe musicale intemporelle.

HERVE JULIEN & LUDOVIC TOMAS
Septembre 2018

La 33e édition du festival Mimi a eu lieu du 8 au 16 septembre à Marseille.

Photo : La Colonie de Vacances 3 © Pierre-Gondard


L’embobineuse
11 Boulevard Boues
13003 Marseille
04 91 50 66 09
http://www.lembobineuse.biz/