Mes Frères et moi, premier long métrage de Yohan Manca

Mes Frères et moiVu par Zibeline

• 5 janvier 2022⇒12 janvier 2022 •
Mes Frères et moi, premier long métrage de Yohan Manca - Zibeline

Dès la première séquence du film de Yohan Manca, Mes Frères et moi, on sait que c’est par les yeux du dernier de la fratrie, Nour (excellent Maël Rouin-Berrandou) 14 ans, que nous verrons cette tranche de vie ; sa voix, en off, nous dit son envie de quitter l’école et de chercher du travail. Il faut dire que sa vie n’est pas facile. Sa mère est en soins palliatifs à domicile, et dans l’appartement habitent aussi ses frères : l’aîné, Abel (Dali Benssalah) joue le rôle du père ; le second, Mo (Sofian Khammes) est un peu fanfaron. Plus léger, il essaie de calmer le jeu quand il le faut, en particulier quand le troisième, Hédi (Moncef Farfar) pète un câble, ce qui lui arrive souvent.

Chacun a ses combines, plus ou moins (il)légales pour se procurer l’argent nécessaire à l’achat de médicaments pour la mère. Nour qui a fait quelques bêtises au collège est assigné à des travaux d’intérêt général. Il doit repeindre un mur de son établissement, ce qui lui permet un jour d’entendre Pavarotti : un cours de chant pour les élèves qui ne partent pas en vacances, assuré par une soprano (Judith Chemla). Une chance pour Nour qui adore l’opéra et ce ténor en particulier, italien comme son père. Un monde s’ouvre à lui quand cette prof, bienveillante et qui croit que l’art peut sauver, l’invite à participer au cours… Pour son premier long métrage, Yohan Manca s’est inspiré d’une pièce de théâtre Pourquoi mes frères et moi, on est parti… de Hédi Tillette de Clermont Tonnerre et de souvenirs de sa jeunesse. Originaire de quartiers populaires, comme ses protagonistes, il dit avoir voulu « montrer ce qu’il y a de beau et de romanesque dans ces territoires-là. ». C’est réussi. Une image lumineuse, un rythme doux et fluide, la musique de Bachar Mar-Khalifé alternant avec les airs d’opéra de Verdi, Donizetti ou Puccini, le visage touchant, souvent en gros plan, du jeune Maël Rouin-Berrandou, font tout le charme de ce film. Rapprocher l’art qu’on peut croire le plus élitiste des quartiers les plus populaires serait possible, suggère le film. Pourquoi ne pas le croire ?

ANNIE GAVA
Janvier 2022

Photo © Ad vitam

Mes Frères et moi de Yohan Manca sort en salles  le 5 janvier (1h48).