Vu par Zibeline

Le catalogue de l'exposition Turner et la couleur, précieux témoignage

Mémoire d’une exposition

Le catalogue de l'exposition Turner et la couleur, précieux témoignage - Zibeline

Lorsque l’on voit les visiteurs s’évertuer à prendre des photographies des œuvres exposées au cours d’une exposition, on sourit souvent des écarts chromatiques, les teintes plus claires ou plus sombres, variations qui rendent vaines les tentatives amateures qui émanent d’une sincère admiration, mais conservent des souvenirs bien inexacts. Aussi, la parution d’un catalogue comprenant des reproductions fidèles est toujours bienvenue, tel celui correspondant à l’exposition Turner et la Couleur visible à l’Hôtel de Caumont (du 4 mai au 18 septembre). Copiant l’approche du visiteur qui passe de l’ensemble au détail, les planches offrent les reproductions des œuvres dans leur totalité et se focalisent sur une partie significative. Les textes qui les accompagnent, retracent la logique du parcours proposé, écrits par le commissaire de l’exposition, Ian Warrel, mais aussi par d’autres spécialistes tels qu’Alexandra Loske, Joyce Townsend, Nicola Moorby ou Roland Courtot. Ils décryptent les relations entre l’œuvre du peintre, et les nouveaux matériaux de la peinture qui apparaissent à son époque : nouvelles couleurs, nouveaux pigments inventés, comme le bleu cobalt produit à partir de 1802, le jaune de chrome, 1814, sans compter l’apparition du tube… et la théorie des couleurs, influencée par l’évènement que fut Opticks d’Isaac Newton (1704), et surtout The Natural System of Colours (1769-1776) de l’entomologiste Moses Harris, sans compter le monument Zur Farbenlehre (Traité des couleurs) de Goethe ou les travaux de George Field, chimiste et « marchand de couleurs » (ce qui ne gâte rien !). Les voyages de l’artiste, la lumière de Provence ou de Gênes, les ciels tourmentés, les formes des paysages qui s’effacent, suggèrent, enrobent, transcrivent mouvements, atmosphères, sensations… esquisses et gravures complètent la collection des œuvres de celui qui «  connaissait les couleurs des nuages sur la mer depuis la baie de Naples jusqu’aux Hébrides ».
MARYVONNE COLOMBANI
Juillet 2016

Turner et la couleur, Ian Warrel et Alexandra Loske,  Culturespaces, éditions Hazan, 29€