Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

La Méditerranée des poètes à l’Alcazar

Mélodies et chansons françaises

La Méditerranée des poètes à l’Alcazar - Zibeline

C’est à un concert inhabituel que nous ont conviés nos collaborateurs Jacques Freschel et Fred Isoletta, l’un au chant, l’autre au piano. Un concert conférence joliment intitulé De Fauré à Ferré, avec une mise en perspective du musicologue Lionel Pons. Si celui-ci, analyste précieux de l’histoire musicale, se perdit un peu, ce jour-là, dans de longues périphrases, la thématique autour de la mer avait tout d’un voyage, et inventait une sorte de medley à la française, cheminant sans à-coups de la chanson populaire à la mélodie française, en passant par l’opérette marseillaise, la chanson à texte et la création contemporaine.

Jacques Freschel, baryton au timbre chaleureux et aux intonations d’une justesse au cordeau, avait conçu son récital autour d’airs évoquant la Méditerranée, et déclinait en plusieurs chapitres les thèmes du départ, de la mémoire, de la rencontre, de Marseille… Les extraits s’y répondaient par analogies ou contraste, Calogero et Helmert côtoyaient sans complexe Duparc et Fauré, Ferré et Trenet mêlaient leurs vers à ceux de Baudelaire ou Rimbaud, ne souffrant à aucun moment de la comparaison : il faut dire que le baryton servait avec la même délicatesse la chanson et la mélodie françaises. Accompagné avec une belle complicité par Fred Isoletta, il donna toute sa mesure comique dans la Chanson du cabanon popularisée par Fernandel, puis montra l’étendue de son registre dans Un Chant d’Ulysse, de Lionel Ginoux, partition difficile et d’une beauté toute contemporaine, imprégnée d’une délicate inspiration antique : dans la lignée figurative de la mélodie française, le compositeur fait entendre les tourments de l’âme et les cris des sirènes… La Mémoire et la mer et Marseille de Ferré furent interprétés avec une fine et émouvante musicalité, devant une salle comble : les concerts de l’Alcazar, gratuits, rassemblent un public nombreux qui vient écouter les avants goûts des propositions musicales marseillaises. Car De Fauré à Ferré sera repris à l’Église des Réformés, en version concert, l’orgue de Philippe Gueit remplaçant le piano de Fred Isoletta…

MARYVONNE COLOMBANI
Mai 2018

Concert donné à L’Alcazar, Marseille, le 21 avril

Photographie : De Fauré à Ferré © Marie-Anne Baillon


Bibliothèque de l’Alcazar
14 Cours Belsunce
13001 Marseille
04 91 55 90 00
http://www.bmvr.marseille.fr/