Vu par Zibeline

Ravivée par une compilation-hommage, la mémoire d’un des plus intrigants groupes marseillais des années 80

Martin Dupont, hallu synthétique

Ravivée par une compilation-hommage, la mémoire d’un des plus intrigants groupes marseillais des années 80 - Zibeline

Bien avant que Marseille ne se distingue grâce au rap et à l’électro, Martin Dupont a marqué la scène musicale grâce à une trajectoire atypique de 1984 à 1987. Le groupe est le produit du paradoxe Alain Séghir, leader-démiurge : un musicien doué ayant toujours refusé de se prendre au sérieux. Élément qui donne à la musique de Martin Dupont une liberté et une inventivité permanente alors même qu’il dispose uniquement de boîtes à rythmes, de synthés et de basse, comme beaucoup de formations new wave d’alors. Sollicité localement pour son originalité, le projet, constitué aussi de la chanteuse Brigitte Balian et de la clarinettiste-saxophoniste anglaise Beverley Jane Crew s’est développé loin des réseaux parisiens et rennais (qui garantissaient une réussite nationale), allant à son rythme et laissant à la postérité trois albums qu’il faut réécouter. « Cette musique était comme un cri, se souvient Brigitte Balian, produite dans des états d’urgence. L’arrêt du groupe avec le début de la carrière de médecin d’Alain a pour tous été un vrai pincement au cœur ». Le registre de Martin Dupont est en effet troublant : les synthés oppressants, les voix convulsées sur Just Because, la légèreté (relative) de Sleep is a Luxury (grâce notamment au chant aérien de Brigitte, plus tard performer sur les projets de l’électro-acousticien Patrick Portella), la sophistication pop d’Hot Paradox. Aujourd’hui on parle de « minimal wave » ou de « flexi pop » mais à ce moment-là, et l’auteur de ces lignes y était, on savait le groupe capable de susciter les plus ambitieuses images, du burlesque (It’s So, Doron Doron) au dramatique (Welcome To The Dissidents, My Analyst “Assez”). Martin Dupont doit autant aux premiers groupes synth wave qu’à Luciano Berio dans le processus de distanciation qu’il sait instiller, faisant de chaque chanson un théâtre halluciné, possédant sa propre histoire (les soupirs sur Your Passion). Pas un hasard si ces dernières années les stars internationales Kanye West, Madlib et Tricky ont samplé ces chansons défiant le temps et l’oubli.

HERVÉ LUCIEN
Janvier 2018

Broken Memory, A Tribute To Martin Dupont (Boredom Product). Rééditions des trois albums de Martin Dupont sur Infrastition
infrastition.com

Photographie : Martin Dupont© Martin Dupont