La monumentale 9ème de Beethoven, donnée à l'Opéra de Marseille

Marseille célèbre BeethovenVu par Zibeline

La monumentale 9ème de Beethoven, donnée à l'Opéra de Marseille - Zibeline

À Marseille, on est en avance ! Juste avant l’année 2020 qui marquera les 250 ans de la naissance de Beethoven et qui verra de nombreux concerts hommages, l’Opéra de Marseille proposait, avant la Troisième dite « Héroïque » le 29 novembre, la célèbre Neuvième Symphonie. Sans surprise, la salle est pleine à craquer pour ce grand tube du répertoire.

La direction énergique de Lawrence Foster, engagée et à l’écoute, dénote une complicité réjouissante avec les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Marseille. Elle sait se mettre au diapason de la majesté universelle exigée par l’œuvre. À l’exception du « Finale », où transparaissent quelques à-côtés rythmiques avec les chanteurs solistes, l’ensemble des pupitres déploie des timbres soyeux, en accord avec l’atmosphère de chaque mouvement.

Aussi les violons apportent-ils leur touche éthérée aux quintes ouvrant l’« Allegro ma non troppo », les cordes une insaisissable légèreté dans le fugato du « Molto vivace », les bois ce qu’il faut de frémissant dans l’« Adagio ». Les différents pupitres mis en avant par la partition s’avèrent excellents, que ce soient les cuivres, audibles mais pas écrasants, ou les contrebasses, souvent sollicitées.

La 9e Symphonie marque un tournant historique : les voix viennent pour la première fois se mêler aux instruments. Le Chœur de l’Opéra sous la direction d’Emmanuel Trenque réalise un sans-faute sur le dernier mouvement ; fortement sollicité, il sait s’ériger en un impressionnant mur sonore. La basse Nicolas Cavallier, récemment entendue à Marseille dans Le Château de Barbe-Bleue, entonne le premier l’« Hymne à la Joie », entraînant de sa voix ample le chœur à sa suite comme un général d’armée. Le public marseillais retrouve également avec plaisir le ténor Nikolai Schukoff (vu cet été à Aix dans Mahagonny et à Orange pour la Symphonie des Mille). Son timbre percutant et lumineux se distingue particulièrement pour porter ce qui demeure un hymne à l’unité à la portée universelle.

PAUL CANESSA
Novembre 2019

Concert donné à l’Opéra de Marseille, le 24 novembre

Photo Nikolai Schukoff © DR.jpg

Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/