Vu par Zibeline

Jean-Marc Aymes et l’ensemble Concerto Soave à la découverte de musiciens baroques méconnus

Marseille baroque

Jean-Marc Aymes et l’ensemble Concerto Soave à la découverte de musiciens baroques méconnus - Zibeline

En cette année capitale, Jean-Marc Aymes et l’ensemble Concerto Soave, nous emmènent de Naples à Marseille, à la découverte de musiciens méconnus. Marseille comptait de nombreux maîtres de chapelle de talent aux XVIIe et XVIIIe siècles ! Le napolitain Pergolesi est le seul compositeur référent du concert, rendu immortel par le Stabat Mater, écrit juste avant sa mort à… 26 ans ! Dans son sublime Salve Regina, la voix de Maria-Cristina Kiehr se fond dans le legato des cordes, avec une magnifique montée chromatique…

Les surprises commencent avec l’Ouverture de l’opéra Andromaque de Leonardo Leo, rappelant l’énergie des opéras italiens. L’ensemble (10 cordes, basson, clavecin) imprime de belles envolées. On se pose alors dans la cité phocéenne pour se délecter du Dies Irae d’Alexandre Louët, né à l’angle de la rue Grignan et de la rue Paradis en 1743 ! La soprano dévoile son art parfait du style baroque : vocalises, longues tenues, sons enflés, relâchés. L’esprit du concerto grosso est très présent ; les musiciens s’en donnent à cœur joie, dans un jeu de questions-réponses jubilatoire, prouvant que les voyages étaient incessants entre Marseille et l’Italie. On pense à Corelli, Vivaldi, ou Gluck et Bach.

De Chalabreuil on ne sait pratiquement rien, mais son Exultate Deo a tout le charme du motet à la française, avec alternance de vocalises et de phrases plus déclamées. Une Sonate, brillante et dansante, de Pierre-Gabriel Buffardin, virtuose et pédagogue hors pair de la flûte, complète ce riche programme, qui permet de redécouvrir le génie de ces compositeurs provençaux oubliés, fussent-il de répertoire !

YVES BERGÉ
Mai 2013

Ce concert a eu lieu le 27 avril dans le cadre du Festival de musique sacrée de Marseille